fbpx

Bruxelles peaufine sa stratégie contre la Russie en Afrique 

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne 

L’Union européenne (UE) envisage de déployer trois nouvelles missions militaires en Afrique de l’Ouest après la suspension de ses missions de formation au Mali et en République centrafricaine, selon un document du Service européen pour l’action extérieure (SEAE) révélé par le site d’information « euobsever ».

Le document intitulé « Revue stratégique globale de l’EUTM Mali et l’EUCAP Sahel-Mali », se concentre principalement sur la politique des institutions de l’Union européenne. Bruxelles souhaite installer ces missions au Niger, au Burkina Faso et dans « l’un pays des pays côtiers du Golfe de Guinée ».

Ce document a été adressé par le Service européen pour l’action extérieure, le service qui gère les relations diplomatiques de l’UE avec les pays non-membres et mène la politique de sécurité de l’Union, au Comité politique et de sécurité.

Une mission militaire au Niger devrait être la première à être déployée étant donné que les autorités ont déjà demandé à l’UE de créer un «centre d’excellence en matière de logistique et de maintenance dans les environs de Niamey», révèle le document, tout en précisant que «l’Union européenne souhaite aller au-delà de cette demande pour former, équiper et accompagner les forces armées nigériennes».

Au Burkina Faso, les autorités ont également demandé la présence d’une mission militaire européenne assurant la formation, l’équipement et l’accompagnement des forces armées locales lors de «discussions techniques».  

Le Service européen pour l’action extérieure a cependant noté que le Burkina Faso serait «en train de jouer un double jeu» puisqu’une délégation militaire burkinabé de haut niveau a été envoyée au Mali à la mi-avril, ce qui a éveillé des soupçons sur la volonté de Ouagadougou de copier la stratégie de Bamako en faisant appel à des mercenaires russes pour combattre les groupes terroristes. «La possibilité d’une reproduction du modèle malien au Burkina Faso à travers l’utilisation de forces à la solde de la Russie ne peut pas être exclue», prévient Bruxelles qui se méfie d’un double jeu de la junte au pouvoir à Ouagadougou.

Dans le Golfe de Guinée, Bruxelles évoque la création d’une «empreinte militaire limitée dans un État côtier identifié» qui accueillerait des formateurs militaires de l’UE capables d’effectuer des «missions sur mesure» dans la région, tout en signalant que le projet n’est qu’à ses débuts.

Le document souligne par ailleurs la nécessité de maintenir un «minimum» de présence militaire au Mali pour «ne pas créer un vide qui pourrait être exploité au détriment des intérêts de l’UE».

Partager.

Répondre