fbpx

Burundi/Rwanda : Entretien pour rétablir les bonnes relations

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les ministres des Affaires étrangères du Rwanda et du Burundi se réunissent, ce mardi 20 octobre 2020, au poste frontière à guichet unique de Nemba, dans le district de Bugesera. Et ce, pour discuter des moyens de restaurer les relations bilatérales entre les deux pays.

A la tête de la délégation burundaise se trouve Albert Shingiro, ministre des Affaires étrangères et de la coopération au développement. C’est autour de 10 heures, heure de Bujumbura que la rencontre a débuté. Le Dr. Vincent Biruta, ministre rwandais des Affaires étrangères et de la Coopération, a souhaité la bienvenue à son homologue burundais et ses compagnons.

«Nous aimerions vous souhaiter la bienvenue au Rwanda et vous remercier pour avoir décidé de participer à cette réunion pour discuter, non seulement en tant que voisins mais aussi en tant que parents de sang. C’est pourquoi nous parlerons en kinyarwanda et en kirundi, sans que personne ne traduise pour nous», a souligné le Dr. Vincent Biruta. Il a souligné que cette rencontre est un grand pas en avant vers le rétablissement des liens entre le Rwanda et le Burundi. «Je tiens à vous affirmer que nous sommes prêts à faire notre part pour rétablir les liens entre nos deux pays, discuter des problèmes existants et parvenir à une solution. Nous faisons cela parce que c’est non seulement important pour nos gouvernements mais aussi pour nos citoyens qui en bénéficient lorsque les relations sont bonnes.» Et de préciser que c’est le début des pourparlers qui verront le rétablissement complet des liens.


«Pas besoin d’un médiateur» 

Pour sa part, Albert Shingiro a remercié le Rwanda pour son accueil chaleureux et a déclaré que son gouvernement attendait avec impatience des discussions fructueuses et souhaité que les deux pays œuvrent pour une restauration plus rapide et complète des liens. «En tant que gouvernement du Burundi, nous sommes venus ici pour exprimer notre volonté de travailler à la restauration des liens qui ont été touchés en 2015. Nous voulons nous assurer que les problèmes qui existent entre nos deux pays soient résolus afin que nous revenions à exister en tant que voisins et proches.»

Et d’insinuer : «J’ai toujours dit aux gens qui suggéraient vouloir servir de médiateurs dans les relations entre le Rwanda et le Burundi. Car, nous nous connaissons si bien en tant que parents et n’avons besoin de personne pour nous servir de médiateur. Nous pouvons le faire par nous-mêmes et c’est ce que nous faisons aujourd’hui.»

Il faut noter que c’est la première fois que les deux pays se rencontrent officiellement pour discuter depuis 2015, lorsque les relations se sont détériorées à la suite du conflit qui a secoué le Burundi. Bujumbura a, depuis, accusé, le Rwanda de soutenir les opposants au gouvernement de feu Président Pierre Nkurunziza.

Des  allégations toujours rejetées par le Rwanda, qui, à son tour, a accusé le régime de Nkurunziza de collaborer avec les FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda) auteurs du génocide des Tutsi et Hutu modérés en 1994.

Partager.

Répondre