fbpx

Carine Dikambi, Regional business lead de Binance Afrique francophone : Crypto monnaie, au-delà des principales fonctions de la monnaie

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Question à 100 balles ! La cryptomonnaie remplit-elle les fonctions de la monnaie classique ? Carine Dikambi est cash : «le bitcoin remplit les fonctions de l’argent, de manière assez similaire à l’or». La Regional business lead de Binance, plateforme d’échange de cryptomonnaies, en veut pour preuve le caractère déflationniste de cet actif. C’est pourquoi, explique-t-elle «les citoyens des pays dont la monnaie fiduciaire est instable l’utilisent de plus en plus comme réserve de valeur». Décryptage.

AFRIMAG : La crypto-monnaie gagne du terrain en Afrique. Que propose Binance pour accompagner les autorités monétaires et les usagers pour se familiariser avec ce nouvel écosystème de blockchain ?

Carine DikambiL’une des plus grandes façons dont nous aidons les usagers à se familiariser avec l’écosystème blockchain est par le biais de nos initiatives d’éducation, où nous fournissons les connaissances et les ressources dont les débutants ont besoin pour prospérer et éviter les arnaques. A ce jour, nous avons formé plus de 540000 Africains dans le cadre de notre série de cours Binance Masterclass et nous continuons à développer ce programme. Actuellement, nous organisons une Crypto Académie en présentiel chaque semaine dans 4 pays ouest africain. Régulièrement, nous organisons également des hackathons et des boot camps où les gens ont l’occasion de travailler sur des projets en temps réel et de résoudre des problèmes réels.

Pour les régulateurs et les autorités, nous sommes toujours prêts à collaborer et à fournir plus d’informations sur les opérations dans cet espace. Nous avons également publié les 10 droits fondamentaux des utilisateurs de crypto monnaies afin de servir de base à une innovation responsable tout en garantissant une voie saine pour la croissance future et l’adoption de masse.

Vous semblez accorder une grande attention à l’aspect éducationnel pour mettre les néophytes dans le bain de ce nouvel instrument d’échange. Concrètement, en quoi consiste votre plan ?

Oui, nous accordons une attention particulière à l’éducation à la blockchain, car nous pensons qu’il s’agit du fondement de l’adoption en masse de la blockchain et de la possibilité pour un plus grand nombre de personnes de participer efficacement à l’accessibilité financière mondiale qu’offre la crypto tout en s’assurant qu’elles restent en sécurité, loin des arnaques.

Binance est la première plateforme d’échange sur les bitcoins. Concrètement, en quoi cette plateforme peut être une chance pour les économies africaines faiblement financiarisées ?

En tant que plateforme Binance est d’une grande valeur pour les économies africaines. Principalement, les crypto-monnaies innovent la façon dont les Africains effectuent les paiements, qu’il s’agisse de transferts de fonds, de transferts transfrontaliers, de règlements, etc. Les services bancaires traditionnels actuels peuvent être limités en termes de durée des transactions, de coût et de difficulté à échanger des devises. Les crypto-monnaies simplifient tout cela et la plateforme Binance est un excellent moyen d’effectuer des transactions en crypto-monnaies, ce qui permet aux gens d’effectuer des paiements en une fraction du temps.

Carine Dikambi

Carine Dikambi

Il existe également de nombreux autres cas d’utilisation, tels que l’utilisation des crypto monnaies comme réserve de valeur, comme couverture contre la dévaluation des devises, c’est-à-dire l’utilisation des stablecoins comme actif d’épargne et la détention de pièces comme le bitcoin comme investissement. Tout cela peut être fait par le biais de la plateforme Binance.

Le Bitcoin ne remplit pas les fonctions principales de la monnaie. Comment les autorités monétaires, les banques centrales notamment, pourront faire face à cette carence ou défaut ?

Le bitcoin remplit les fonctions de l’argent, de manière assez similaire à l’or. Tout d’abord, c’est un moyen d’échange et il est utilisé par des personnes du monde entier pour échanger des valeurs. D’autant plus qu’il s’agit d’un moyen d’échange mondial, contrairement à plusieurs monnaies fiduciaires qui ne sont acceptées que dans leur pays/région. Le bitcoin sert également de réserve de valeur. Bien qu’il puisse être légèrement volatile à court terme, en raison de son utilité et de son offre limitée, le bitcoin conserve généralement sa valeur. Il possède également les grandes qualités de l’argent, comme la divisibilité et la portabilité.

Les crypto monnaies sont-elles un remède aux poussées inflationnistes qu’enregistrent certaines économies africaines et non des moindres comme c’est le cas souvent au Nigeria ou en Égypte ?

Oui, la crypto peut être un remède contre l’inflation. Le bitcoin est fondamentalement un actif déflationniste, c’est pourquoi les citoyens des pays dont la monnaie fiduciaire est instable l’utilisent de plus en plus comme réserve de valeur pour se protéger de l’hyperinflation et de la hausse des coûts des biens et services quotidiens. En outre, l’offre de bitcoins ne dépassera jamais 21 millions, ce qui en fait une réserve de valeur attrayante et résistante à l’inflation. Les citoyens de ces économies hyper inflationnistes doivent souvent composer avec une monnaie fiduciaire volatile. Les Stablecoins constituent une excellente alternative, car de plus en plus d’entreprises commencent à accepter les crypto-monnaies comme moyen de paiement.

Pourquoi la crypto-monnaie peut-elle être une chance pour nos économies ?

La crypto et l’industrie de la blockchain au sens large ont un tel impact sur nos économies – à travers une accessibilité financière accrue, la création d’opportunités pour les jeunes et la fourniture de sources de revenus alternatives. Ils permettent également une plus grande participation des Africains dans l’arène mondiale grâce à des thèmes comme les NFT, GameFi et bien plus encore !

Partager.

Répondre