fbpx

Conflit ukrainien : Les impacts sur les économies africaines, ce que le PNUD dira

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La sous-secrétaire générale des Nations Unies et l’administratrice adjointe du PNUD, directrice du bureau régional pour l’Afrique, Mme Ahunna Eziakonwa, présenteront les impacts de la guerre en Ukraine sur l’Afrique lors d’une conférence de presse le vendredi 6 mai à 13 heures, heure de Genève. 

Rejointe par l’économiste principal du PNUD Afrique, le Dr. Raymond Gilpin, Mme Eziakonwa examinera les impacts à court et à long terme de la guerre et les nouvelles opportunités de partenariat pour faire face aux chocs économiques mondiaux et faire face aux risques croissants de défaut de paiement. En raison de leur forte dépendance à l’égard des exportations et de l’agriculture outre-mer comme moyen de subsistance, les pays africains sont particulièrement touchés par la flambée des prix des denrées alimentaires, des engrais et du carburant, la perturbation des échanges et l’instabilité macroéconomique causées par la guerre en Ukraine, qui compromettent la reprise du continent après la crise socioéconomique dévastatrice, le Covid-19, et ses retombées.  Les conséquences à long terme de la nouvelle crise mondiale vont probablement au-delà des résultats économiques et sociaux, posant de plus grands risques pour les efforts de paix et de stabilité sur le continent, à un moment où l’Afrique subsaharienne représente près de la moitié des décès mondiaux causés par le terrorisme. Et a été témoin d’un nombre record de coups d’État.

Comme la guerre est source d’inflation et affecte l’activité économique, les taux d’intérêt mondiaux sont susceptibles d’augmenter. Cela pourrait aggraver la position de la dette de l’Afrique et créer un effet domino de défauts de paiement, en particulier dans les pays dont le remboursement de la dette est dû en 2022 et 2023. En outre, une augmentation des taux d’intérêt intérieurs aura un effet négatif à la fois sur les paiements du service de la dette intérieure et sur la capacité des  Petites et moyennes entreprises (PME) à emprunter.

 

Partager.

Répondre