fbpx

Ethiopie : Les Etats-Unis pressent leurs ressortissants à partir

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le gouvernement fédéral éthiopien a déclaré l’état d’urgence face à la fulgurante avancée des rebelles du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) qui sont désormais à 300 km de la capitale.

Très influents dans le pays, les Etats-Unis craignent que les affrontements ne dégénèrent rapidement, et appellent leurs ressortissants à quitter «le plus vite possible» l’Ethiopie tant que les frontières aériennes restent ouvertes.

«L’environnement sécuritaire en Ethiopie est très instable. Nous conseillons aux citoyens américains de quitter le pays, dès que possible» a indiqué l’ambassade américaine à Addis-Abeba. Cette mise en garde intervient après que la presse a rapporté l’imminence d’une offensive des rebelles vers la capitale éthiopienne.

L’armée du TPLF

Ce vendredi en effet, huit factions se sont alliées au TPLF, en guerre contre le gouvernement d’Abiy Ahmed depuis un an. Dénommée Front uni des forces fédéralistes et confédéralistes éthiopiennes, la nouvelle coalition qui compte également dans ses rangs l’Armée de libération Oromo (OLA) est considérée comme une réelle menace par le gouvernement fédéral.

Pour y faire face, les forces armées fédérales ont lancé un appel aux soldats retraités et aux anciens combattants pour qu’ils rejoignent l’armée nationale, d’ici le 24 novembre. Le gouvernement et les autorités locales ont également demandé aux habitants de la capitale d’enregistrer leurs armes et de se préparer à défendre leurs quartiers.

Partager.

Répondre