fbpx

La Banque mondiale enterre le «Doing Business» !

Pinterest LinkedIn Tumblr +

C’est un coup de tonnerre auquel on a assisté ce jeudi 16 septembre avec l’annonce par la Banque mondiale de l’abandon de son fameux «Doing Business».

C’est le Rapport qui brosse le tableau de l’environnement des affaires dans les pays membres de l’institution et que redoutent beaucoup de pays. La direction de la Banque mondiale justifie la décision par la manipulation des données du tout dernier Doing Business (2019) suite aux pressions exercées par certains Etats afin d’afficher une meilleure image de l’environnement des affaires. L’enquête met en cause la Chine, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l’Azerbaïdjan. Pour la direction de la Banque mondiale, ces Etats ont franchi la ligne rouge. Ne pas réagir aurait altéré tout le crédit de l’Institution de Bretton-Woods auprès des tiers et des pays membres. «La confiance dans les travaux de recherche du Groupe de la Banque mondiale est d’une importance capitale. Ces travaux guident les actions des décideurs politiques, aident les pays à prendre des décisions mieux éclairées et permettent aux parties prenantes de mesurer les progrès économiques et sociaux avec plus de précision», indique la Banque mondiale dans son communiqué.

Parmi les personnalités impliquées dans ce qui est un vrai scandale, figurent de hauts cadres de l’équipe de l’ancien président du groupe de la Banque mondiale Jim Yong Kim qui, rappelons-le, avait démissionné de son poste à 3 ans de la fin de son mandat, ainsi que l’ancienne directrice exécutive de la Banque et actuelle directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, actuel directrice générale du FMI et dont la situation est plus que jamais fragilisée. Plusieurs voix appellent déjà à sa démission.

Partager.

Répondre