fbpx

Madagascar : une concertation nationale sur l’agriculture

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le défi du président malgache Andry Rajoelina, dans son Plan Emergence Madagascar (PEM), est de rattraper le retard dans la transformation structurelle de l’économie afin de créer une croissance soutenue.

Dans une lettre aux membres du gouvernement en début mai, il a incité ces derniers à une focalisation sur l’agriculture pour lutter contre la pauvreté et amorcer un réel développement du pays. Le taux actuel de pauvreté à Madagascar, selon les indications de la Banque mondiale, augmente cette année  à 81% de la population en raison de la crise du Covid. Alors qu’Andry Rajoelina avait ciblé l’autosuffisance alimentaire parmi ses « 13 Objectifs » de promesse présidentielle.FoodSec Semence

Le régime a décidé ainsi la tenue prochaine, du 16 au 18 juin 2022 une concertation nationale sur l’agriculture pour le développement durable de Madagascar. Ce grand rendez-vous identifiera les idées et stratégies d’enclencher de plus en plus sur les activités paysannes à la base qui sont l’agriculture et l’élevage. Ce sera une occasion de revoir et de prioriser les investissements du secteur alimentaire.

8% des 36 millions d’ha des terres arables sont cultivées

Environ 80 % de la population malgache, soit plus de 20 millions vivent en milieu rural, et la Grande île dispose d’énormes potentiels de développement rural. Sur 36 millions d’hectares de superficie cultivable seulement 8% sont cultivées. Au-delà de 100.000 ha en cours dont 50.000 ha dans le Bas Mangoky, le régime vise dans l’immédiat 270.000 ha de terres à cultiver, et une production additionnelle d’au moins 500.000 tonnes de riz par an.

La nécessité de trouver d’autres méthodes pour une meilleure production agricole s’impose afin de viser l’objectif de PEM, puisque l’agriculture malgache est encore caractérisée par une prédominance des techniques traditionnelles. Il va falloir la mécaniser pour la rendre moderne et productiviste.

C’est dans ce sens que le 11 mai 2022, le chef de l’Etat malgache a inauguré des nouvelles infrastructures du centre national de recherche appliquée au développement rural (FOFIFA). Une cérémonie en présence des ambassadeurs de l’Union européenne et de la France, prouvant que ces derniers apportent leur appui à Madagascar dans cette quête d’autosuffisance alimentaire.

Le projet FoodSec Semence 

Le FOFIFA est désormais des nouveaux équipements, nécessaires aux travaux de recherche du centre dans le cadre du projet FoodSec Semence. Celui-ci est mené par le CIRAD et financé par l’Union européenne est en partenariat avec la Commission de l’océan Indien et associe de nombreux partenaires régionaux afin de relancer une filière régionale de semences et de plants sains à des fins alimentaires et nutritionnelles à Madagascar, aux Comores, aux Seychelles et à Maurice.

Le projet FoodSec Semence a démarré officiellement en janvier 2021, sera conduit jusqu’en mars 2025, et mis en œuvre à Madagascar, dans les régions de Vakinankaratra, Analamanga et Itasy, par le FOFIFA avec l’appui du CIRAD à La Réunion et à Madagascar.

Avec cette mobilisation régionale, le souhait de Madagascar de devenir demain le grenier de riz de l’Océan indien n’est pas impossible.

Paysans malgaches

Paysans à l’oeuvre avec des moyens rudimentaires dans un champ de riz

Avec l’appui de la BAD, le régime Rajoelina peut effectivement concrétiser ce vœu à travers le PSAEP (programme sectoriel de l’agriculture, l’élevage et la pêche). Car le soutien à la création de conditions favorables à l’investissement privé dans l’agriculture, notamment l’accès amélioré aux produits alimentaires pour une meilleure productivité dans l’agriculture figure parmi les trois domaines prioritaires de la coopération de la BAD dans le pays.

Dans la foulée, les pouvoirs publics entendent mettre l’accent sur la promotion de zone d’émergence agricoles et de l’agribusiness. Au dernier jour de la concertation national, précisément le 18 juin 2022 est programmé un forum B to B sur l’Agribusiness, par l’Economic dévelopment board of Madagascar (EDBM) avec trois ministères (Agriculture et Elevage, Industrie et Consommation, Aménagement du Territoire).

Leadership de l’organisation, le ministère de l’Agriculture et de l’élevage sous la direction de Harifidy Ramilison vient d’identifier plus de 100 projets sur l’agribusiness portés par des investisseurs nationaux en quête de financement. De plus, près de 20.000 ha de terrain des particuliers ou associations sont prêts à être valoriser pour l’agribusiness. A part les divers groupements et associations impliqués dans le secteur, les opérateurs souhaitant investir dans le milieu ayant 100 ha et plus seront les bienvenus de ce forum.

Partager.

Répondre