fbpx

Maroc: Accord de financement de 200 millions d’euros entre la BEI et le Crédit Agricole du Maroc

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Afin de soutenir les écosystèmes agricoles, la Banque européenne d’investissement (BEI) et le Crédit agricole du Maroc (CAM) viennent de signer un accord de financement portant sur 200 millions d’euros, le premier du genre entre les deux institutions.

C’est donc une ligne de crédit de plus de 2 milliards de dirhams que la Banque européenne d’investissement vient d’accorder au Crédit Agricole du Maroc afin de l’accompagner dans le financement de la nouvelle stratégie agricole «Green Génération 2020-2030».

tinmar 970

La signature de l’accord a eu lieu hier mercredi 16 septembre, entre Tariq Sijilmassi, le Président du Directoire du Crédit Agricole du Maroc et Emma Navarro, la Vice-présidente de la BEI. Un événement qui s’est déroulé en présence d’éminentes personnalités, notamment Aziz Akhannouch, ministre marocain de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts.

Ces précieux fonds, qui arrivent à un moment où toute l’économie marocaine a besoin d’être relancée, sera d’une contribution très appréciée pour la stratégie agricole dans les dix prochaines années. Ils permettront ainsi, comme l’accord le prévoit, « de financer des chaines de valeurs agricoles, toutes productions confondues et touche l’ensemble de l’écosystème y afférent (production, stockage, logistique, conditionnement, emballage, transformation, commercialisation …) », souligne la banque marocaine.

L’importance de ce financement n’a pas échappé au ministre marocain de l’Agriculture qui «s’est réjoui du soutien apporté par la BEI et le CAM à la vision stratégique pour le secteur agricole «Génération Green 2020-2030». Il a également ajouté que «cette démarche est une première action de concrétisation de la stratégie «Génération Green 2020-2030» depuis son lancement par Sa Majesté Le Roi Mohammed VI en février dernier».

Pour sa part, le patron du CAM, Tariq Sijilmassi, a déclaré que «cette convention est un premier pas entre le CAM et la BEI dans la construction d’un partenariat solide et durable au profit du monde agricole et rural. A travers elle, nous souhaitons renforcer encore plus notre appui au secteur agricole qui reste la priorité absolue de notre Banque, et, surtout, mobiliser davantage de moyens pour accompagner la nouvelle stratégie agricole du pays «Génération Green 2020-2030». A ce titre, cette opération s’insère dans le cadre d’un programme de soutien et de relance d’envergure que le CAM prépare avec le ministère de l’Agriculture à destination des agriculteurs, des agro-industries et de la classe moyenne en milieu rural. Ce programme sera divulgué ultérieurement.»

Y sont éligibles l’ensemble des segments de production alimentaire, amont et aval (exploitations agricoles, coopératives agricoles, Groupements d’Intérêt Economique, Petites et Moyennes Entreprises, Très Petites Entreprises, …). Elle cible en particulier les investissements productifs et générateurs d’emplois et de valeur ajoutée et ce en parfait accord avec les orientations de « Génération Green 2020-2030 ».

La BEI mobilisera également des ressources additionnelles pour accompagner le CAM et ses clients à travers une assistance technique ciblée qui permettra d’une part de soutenir la digitalisation de ce secteur et l’emploi du «big data» et, d’autre part, de développer des mesures et actions en faveur de l’environnement.

Ce financement fait également partie de la mobilisation de l’UE face à la pandémie de coronavirus et plus particulièrement du programme «Team Europe», créé par l’Union européenne dans l’objectif de soutenir les pays partenaires, notamment les pays hors de l’Europe, dans la lutte contre cette crise sanitaire et en atténuer les effets économiques et sociaux.

«Le secteur privé est une priorité pour la BEI», a notamment déclaré Emma Navarro, Vice-présidente de la BEI. Et d’ajouter : «A cet effet, nous y accordons une importance particulière et tenons, à travers ce partenariat, à soutenir les petites entreprises et les entreprises à taille intermédiaire dans un secteur clef pour l’économie marocaine. Il s’agit pour nous d’un partenariat stratégique avec un acteur majeur pour le financement de la bio-économie au Maroc. » Et de conclure : « Face aux défis à relever en cette période critique pour tous, nous sommes très mobilisés pour soutenir l’économie du Maroc».

Partager.

Répondre