fbpx

Recommencer #1 : Il n’y a pas de honte ! Par Allon Raiz

Pinterest LinkedIn Tumblr +

De nombreux entrepreneurs n’auront d’autre choix que de fermer leur entreprise. Avec les effets ravageurs du Covid-19 sur l’économie, l’emploi formel peut ne pas être une alternative pour beaucoup. Recommencer est le seul choix qui s’offre à ces entrepreneurs. Dans cette série d’articles, Allon Raiz s’appuie sur ses plus de 20 ans d’expérience en affaires et dans le soutien de plus de 13 000 entreprises pour offrir un aperçu des considérations et des étapes nécessaires pour recommencer et atteindre les plus grandes chances de succès.

Par Allon Raiz

 

Personne n’aime échouer et je m’inclus dans cette déclaration. L’échec a généralement des conséquences et des coûts financiers, émotionnels et autres. Une entreprise en faillite, le plus souvent, se traduit par des employés non payés, des créanciers non payés et le sentiment que des années d’efforts, de réflexion et de construction ont disparu. L’échec d’une entreprise s’accompagne souvent d’une décimation de la confiance en ses propres capacités. En un mot, échouer en affaires est nul et c’est douloureux!

tinmar 970

La littérature commerciale est remplie d’histoires de zéro à héros, de héros à zéro, puis à héros. . . des entrepreneurs incroyablement prospères qui ont construit des sociétés, les ont perdues, puis ont reconstruit des empires encore plus grands.

La pandémie Covid-19 a récemment fait la une des journaux sur la perte de Richard Branson de sa bien-aimée Virgin Airlines. Mais je doute que quiconque lisant ce titre pense honnêtement que Branson ne fera pas un retour en quelque sorte – peut-être dans l’industrie du transport aérien, mais très probablement dans un autre secteur ou contexte. Elon Musk a reçu le même niveau d’examen dans la presse et, selon le mois, vous lirez que Tesla est soit malheureux, soit un phare de réussite entrepreneuriale et de persévérance. Haut et bas et haut et bas et haut.

Ne vous inquiétez jamais de ce que les autres disent, bon ou mauvais

Quand j’ai commencé mon parcours entrepreneurial au début de la vingtaine, j’ai reçu une couverture de presse de l’un des magazines financiers que j’ai rapidement montrée à mon mentor – comme un chien apportant à son maître ses pantoufles. Mon mentor a parcouru brièvement l’article et a répondu : «C’est bien. Mais ne croyez pas un mot de ce qu’ils disent de vous !» Après avoir reçu un regard interrogateur de ma part, il a poursuivi : «Si vous attachez un sens ou une importance à toutes les choses positives qu’ils disent de vous, un jour dans le futur où les choses pourraient ne pas aller si bien et ils écrivent des choses négatives sur vous, vous y attacherez également de l’importance. Vous devez déterminer ce que vous pensez de vous et ne pas vous fier à un tiers. »

Les entrepreneurs qui réussissent ont un locus de contrôle interne et tirent leur confiance en eux de l’intérieur. Au cours de mes nombreuses années de travail avec des entrepreneurs, l’un des états d’esprit les plus importants que j’essaie d’inculquer aux entrepreneurs est de développer une relation académique avec leur entreprise afin d’équilibrer la relation souvent émotionnelle et passionnée qu’ils entretiennent avec elle. Les entrepreneurs doivent basculer facilement entre le mode passion et le mode académique (impartial). Le mode passionné apporte avec lui de la volonté et de la persévérance lorsqu’il ne semble pas y avoir de solution logique à un problème. La relation académique, en revanche, garantit qu’il y a de la place pour des décisions commerciales logiques fondées sur des faits et non assombries par des préjugés émotionnels.

Léchage de plaies

Lorsqu’une entreprise échoue (et cela arrive à beaucoup de gens), il est important de se donner du temps pour ressentir la douleur et toutes les émotions négatives qui accompagnent l’échec. Mais donnez-vous un délai – peut-être une semaine – pour lécher vos blessures et traiter l’expérience avant de vous discipliner pour basculer vers l’état d’esprit académique. La discipline pour bien gérer votre période de récupération est essentielle pour recommencer. Trop longtemps et vous avez peut-être échappé à tout contrôle. Trop court et vous n’avez peut-être pas réglé tous les problèmes émotionnels.

Dans le monde du sport, les blessures sont monnaie courante, et ceux qui ont la capacité de se remettre rapidement de blessures mineures et majeures ont tendance à être ceux qui construisent une carrière sportive prolifique. Il en va de même pour les sportifs qui ont perdu un match, un match ou un point critique. C’est la vitesse à laquelle ils se remettent du revers qui détermine s’ils deviendront champions ou non. Une fois que vous arrivez à un état d’esprit «oh-bien-que-c’est arrivé», vous êtes prêt à aller de l’avant.

L’un des aspects les plus importants du passage à un état d’esprit académique est qu’il vous permet d’évaluer (après l’échec) les atouts qui vous restent, les relations qu’il vous reste et les compétences que vous avez accumulées. Vous devez littéralement faire le point, de manière non émotive, de tous ces éléments car ils deviendront le fondement de votre retour.

Le jeu de la honte

La honte ne joue aucun rôle dans l’échec des entrepreneurs ou des sportifs qui réussissent. Une fois les blessures léchés et l’échec reconnu, ils récupèrent leur état d’esprit à une vitesse fulgurante et entament le processus de renaissance – mais cette fois avec les avantages supplémentaires de relations supplémentaires, d’actifs supplémentaires et d’expérience supplémentaire.

Lors d’un déjeuner-rencontre aléatoire mais fortuit au Forum économique mondial de 2012 à Davos, en Suisse, j’ai eu une discussion avec le Dr. Diane Frances, une Canadienne travaillant aux États-Unis. Son opinion, avec laquelle je suis d’accord, était que le taux de réintégration des entrepreneurs (ceux qui recommencent après un échec) était significativement différent dans les sociétés basées sur la peur par rapport aux sociétés basées sur la honte. Les sociétés fondées sur la honte sont celles qui font honte à l’échec et cela est très courant dans les pays du Commonwealth, en Afrique du Sud et au Canada inclus – l’ensemble des «enfants-devraient-être-vus-et-non-entendus» ou «avez-vous-entendu-le-Joneses-tout perdu? manière de voir le monde. Les États-Unis, malgré tous leurs maux, ne font pas honte à l’échec. D’une manière étrange, il vénère l’échec. En raison de ces perspectives divergentes sur l’échec, un article de recherche produit il y a quelques années a montré que le taux de réintégration (le nombre de fois que les entrepreneurs recommencent) est de 3,6 fois aux États-Unis contre 1,1 fois en Afrique du Sud. Je crois que cette statistique a beaucoup à voir avec la honte structurelle qui existe dans notre société.

De la douleur à la honte en passant par le changement de votre jeu

De nombreux entrepreneurs qui ferment leur entreprise ouvriront probablement une entreprise similaire. Les avantages la deuxième fois sont plus d’expérience et plus d’apprentissage des erreurs commises dans l’itération précédente. Un entrepreneur que je connais, qui réalisait des marges bénéficiaires brutes de 38% avant Covid-19 dans une entreprise qu’il a récemment fermée, réalise maintenant 57% de marges bénéficiaires brutes dans une nouvelle entreprise qu’il a créée. Il a simplement abandonné tous les anciens employés, processus et clients qui l’empêchaient de réaliser de bonnes marges.

La semaine suivant sa fermeture volontaire de son entreprise (qui était en activité depuis 11 ans), il était dévasté, déprimé et en colère. À peine dix semaines plus tard, il m’a dit: «Le Covid-19 a été la meilleure chose qui me soit arrivée depuis longtemps. Je suis passé de la douleur, à la honte, au changement de jeu.

 

À propos de Raizcorp

Célébrant sa 20ème année en 2020, Raizcorp est, selon The Economist, le seul véritable incubateur en Afrique, qui propose des programmes complets de développement d’entreprises et de fournisseurs qui guident les entrepreneurs vers la rentabilité. Raizcorp a créé «Prosperation™» – son propre modèle unique d’incubation d’entreprises de renommée mondiale. 

Fondée en 2000, Raizcorp est devenue le premier modèle d’incubateur d’entreprises en Afrique. Pour plus d’informations : www.raizcorp.com.

 

A propos d’Allon Raiz

Allon Raiz est le PDG de Raizcorp. En 2008, Raiz a été sélectionné comme jeune leader mondial par le Forum économique mondial et, en 2011, il a été nommé pour la première fois membre du Global Agenda Council on Fostering Entrepreneurship. Suite à une série de master classes d’entrepreneuriat dispensées à l’Université d’Oxford en 2014, 2015 et 2016, Raiz a été reconnu comme Entrepreneur en résidence à la Saïd Business School de l’Université d’Oxford. Suivez Allon @allonraiz sur Twitter, Instagram et LinkedIn.

Accélérez votre réussite

Partager.

Répondre