fbpx

Risque pays : L’Afrique du Sud au crible d’un assureur-crédit belge

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dans son analyse du risque pays qu’il vient de publier sur l’Afrique du Sud, l’assureur-crédit belge Credendo se montre moins alarmant sur la situation économique du pays, en raison de rentrées d’argent inespérées provenant de la hausse des cours de matières premières et des métaux précieux. Malgré des tensions budgétaires et une situation politique pleine d’incertitudes, l’assureur-crédit maintient la perspective de la notation de l’Afrique du Sud à stable. Décryptage.

Depuis 2019, les finances publiques sud-africaines subissent une pression accrue en raison de leur soutien financier substantiel aux entreprises publiques (en particulier à l’énergéticien Eskom), de la hausse des coûts d’emprunt et de la masse salariale colossale du secteur public.

Pretoria

Pretoria, capitale de la République sud-africaine


Le solde du commerce extérieur et le solde budgétaire semblent profiter dernièrement de la flambée des prix des principaux métaux et biens d’exportation miniers du pays, qui résulte de la guerre en Ukraine. Les prix élevés de l’or, du platine et du charbon neutralisent les effets de la hausse des coûts d’importation du pétrole et des denrées alimentaires. Cette augmentation additionnelle des recettes fiscales ralentira l’aggravation de la dette publique (70 % du PIB estimés à la fin de cette année), car le déficit budgétaire global devrait atteindre 5,8 % du PIB en 2022 au lieu des 7,5 % prévus initialement.

Solidité du marché financier

Cet excédent important en 2021 et 2022 induira un solde budgétaire positif, qui modérera à son tour la pression de dépréciation sur le rand due aux ventes d’obligations libellées en devise locale. En fait, la capacité de l’Afrique du Sud à emprunter sur le marché intérieur a aidé le pays à résister aux répercussions de la pandémie sur le niveau de sa dette extérieure. Les investisseurs non-résidents vendent leurs obligations émises dans le pays et libellées en rand depuis le début de cette année. Toutefois, la solidité du marché financier intérieur a permis de compenser la plupart des sorties de capitaux par des achats d’obligations d’État par des investisseurs locaux. Par conséquent, la part de la dette publique détenue au niveau national a augmenté alors que le niveau de la dette extérieure générale de l’Afrique du Sud a baissé. Nonobstant, la poursuite de l’assainissement budgétaire, les réformes en matière de gestion et la lutte contre les contraintes intérieures persistantes restent essentielles pour assurer la viabilité des finances publiques à long terme. À partir de 2023, le solde budgétaire devrait renouer avec un déficit limité, qui devrait être entièrement financé. En conséquence, l’assureur-crédit belge Credendo, maintient la perspective de notation générale de l’Afrique du Sud à stable. 

 

Partager.

Répondre