Dernières nouvelles
Accueil » Actualité » Tribune : La tolérance est la meilleure réponse à l’extrémisme en Afrique

Tribune : La tolérance est la meilleure réponse à l’extrémisme en Afrique

Nous vivons une ère marquée par des divisions inhérentes aux conflits multiformes. À l’échelle mondiale, l’actualité est inondée de rapports sur des attaques, très souvent motivées par l’extrémisme religieux. Des conflits ont atteint récemment des pics avec d’importantes pertes en vies humaines, des richesses détruites, des communautés perturbées, des pans entiers de civilisation effacés du patrimoine de l’humanité comme cela a été le cas à Tombouctou, Bêl, Baalshami et à Palmyre.

Ali Bongo OndimbaJ’ai la ferme conviction que chaque individu a le droit d’exercer librement sa confession et que la liberté de croyance et de culte soit davantage promue. C’est un droit qui doit donc s’exercer avec responsabilité.

Je vis dans un pays où il n’est pas rare que des frères et des sœurs appartiennent à des confessions religieuses différentes. Moi-même, je suis issu d’une des nombreuses familles Gabonaises où règne la tolérance. Très jeune, je me suis converti à l’Islam comme d’autres membres de ma famille.

Dans notre pays, nous avons la chance de vivre une cohésion sociale forte grâce au tissu social construit par des chaines de générations et consolidé par mes illustres prédécesseurs. Le dialogue interreligieux qui s’affirme davantage participe de cette dynamique. Malgré la diversité de croyances, le lien social reste très fort et les peuples du Gabon vivent en parfaite harmonie. Ailleurs, vivre sa foi, et au-delà ses convictions, est malheureusement source de malentendus et de persécutions.

De notre point de vue, accepter l’autre avec ses différences est une preuve de civilisation. Par conséquent, nos différences sont notre richesse. Ainsi, c’est en instituant la tolérance comme valeur cardinale que nous avons pu construire un environnement de paix et de stabilité.

Dans un monde traversé par des tensions, des conflits, des crises profondes et multiformes, le défi que nous devons relever est de restaurer la paix par la tolérance. Ces valeurs constituent le ciment de la société gabonaise, un immense trésor que nous devons préserver pour nous, pour nos enfants et pour les générations futures. Mon souhait est que cette culture de la tolérance et de la paix soit partagée dans tout le continent et à travers le monde.

Pour réaliser cet idéal, nous devons mettre en place des mécanismes d’inclusion pour amener chaque citoyen à se considérer comme un acteur majeur du progrès social.

C’est sur cette logique que repose ma vision pour le Gabon de demain. Il s’agit du” Programme pour l’égalité des chances” que j’ai lancé il y’a quelques mois dans le but de construire une société plus juste et plus équitable.

“L’Égalité des chances” signifie une égalité d’accès pour tous à l’éducation, à l’emploi, à la santé, aux services sociaux de base, sans distinction de sexe, de religion. L’égalité des chances signifie que chaque Gabonais doit avoir la même opportunité d’exprimer son talent, de subvenir à ses besoins, et cela sans considération de sa naissance, de ses relations, de sa richesse. Chaque Gabonais doit être jugé sur son savoir-faire, sa volonté et son mérite.

“Je prône l’égalité des chances pour l’accès aux savoirs, aux soins de santé, à l’emploi, et au logement. Je prône l’égalité des chances pour les jeunes et les moins jeunes, les hommes et les femmes dans chaque province du Gabon. Je prône l’égalité des chances pour la revalorisation des retraites. Je veux m’assurer que notre pays avance non pas uniquement pour avantager les personnes de bonne famille, mais pour l’intérêt de tous ceux qui contribuent à sa richesse par leurs bonnes idées, leur travail et leur mérite”.

C’est en fournissant des opportunités à chacun et à tous que nous pourrons donner une réponse à la pauvreté, à la précarité, à l’exclusion et même à la haine et à la violence dans toutes leurs formes et expressions.

Je l’immense privilège de vivre dans un pays où les fêtes chrétiennes et musulmanes sont célébrées par toute la communauté nationale, dans la fraternité et dans une ambiance conviviale.

Dans les mois à venir, des élections seront organisées à travers l’Afrique, y compris dans mon propre pays. Pendant ces grands rendez-vous, certains discours pourront inciter à la violence et au repli et ainsi, ouvrir la voie à l’intolérance et à la violence. Notre responsabilité en tant qu’acteurs politiques est de lutter contre ces pratiques contraires aux valeurs de l’humanité.

En tant que Président de la République et garant de la constitution, je m’engage à garantir la liberté sous toutes ses formes afin que chaque Gabonais puisse accomplir librement ses devoirs civiques.

Par Ali Bongo Ondimba
Président du Gabon

Ali Bongo Ondimba Extrêmisme Religion

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*