fbpx

Tunisie : Kais Saïed, «trop vieux pour être un dictateur» !

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Acculé par les questions de la presse et par plusieurs ONG à Bruxelles où il participe actuellement au sommet UE/Afrique, le Président tunisien Kaïs Saïed s’est défendu de toute dérive dictatoriale malgré la neutralisation de plusieurs institutions constitutionnelles dans son pays, notamment la Chambre des Représentants et le Conseil supérieur de la magistrature.

Il a même osé un parallèle avec le général De Gaulle : «Comme le général de Gaulle l’a dit un jour, je ne vais pas commencer une carrière de dictateur à mon âge. » Et de poursuivre : « Il y aura des discussions, des négociations et des issues, or moi qui suis constitutionnaliste, je ne peux le concevoir que dans le cadre d’un État de droit. »

Arrivé du President Kaïs Saeid à Bruxelles pour prendre part au sommet UE-Afrique

La Tunisie traverse une grave crise politique depuis le 25 juillet 2021, date à laquelle Kaïs Saïed a décidé d’imposer des mesures d’exception, notamment le gel des pouvoirs du Parlement, la promulgation de lois par décrets présidentiels, la révocation du gouvernement et la nomination d’un nouveau, à la tête duquel il a désigné l’universitaire Najla Bouden.

La majorité des forces politiques et civiles en Tunisie, notamment le mouvement islamiste Ennahdha, rejettent les mesures prises exceptionnelles prises par le Président et les considèrent comme un « coup d’État contre la Constitution », tandis que d’autres forces les soutiennent, y voyant une « correction du cours de la révolution de 2011 », qui a renversé le régime du Président de l’époque, Zine El Abidine Ben Ali.

Partager.

Répondre