fbpx

Afrique/ Marquer la fin d’une ère : le Secrétaire général de l’OPEP, Barkindo, a servi avec distinction

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Mohammed Barkindo, tout au long de son mandat à l’OPEP, a mené le bon combat, et a terminé sa course avec bravoure et en gardant la foi

Beaucoup conviendront que le Secrétaire général de l’OPEP, S.E. Mohammed Barkindo marche dans la même peau que les dirigeants mondiaux décédés Kofi Annan, qui a été Secrétaire général des Nations Unies, et le Dr. Rilwanu Lukman, ancien ministre nigérian et Secrétaire général de l’OPEP qui a été décrit comme l’un des personnages les plus influents et respectés de l’industrie pétrolière. 

Par NJ Ayuk, Président exécutif, Chambre africaine de l’énergie (EnergyChamber.org)

Barkindo, tout au long de son mandat à l’OPEP, a mené le bon combat, et a terminé sa course avec bravoure et en gardant la foi. Après six ans d’un leadership que l’on peut qualifier de remarquable, il cédera les rênes à son successeur, le Koweïtien Haitham al-Ghais, en juillet prochain.

Nous savions que ce jour arriverait. Après tout, le poste est à durée limitée et personne ne peut diriger un groupe de cette envergure pour toujours. Barkindo a toujours été contre le fait de rester un jour de plus que son mandat.

Pourtant, l’industrie s’est habituée à la main ferme de M. Barkindo sur le gouvernail, guidant l’OPEP à travers les eaux volatiles dans lesquelles les producteurs mondiaux de pétrole et de gaz doivent naviguer, y compris le sentiment croissant du public contre les hydrocarbures.

S’il avait juste maintenu l’ordre pendant son mandat, cela aurait suffi, surtout compte tenu des bouleversements provoqués par la pandémie. Mais Barkindo n’est pas du genre à se satisfaire du statu quo, même dans les moments les plus difficiles.

Certes, il n’aurait jamais pu anticiper l’emprise mondiale de Covid-19. Mais il a eu la clairvoyance d’imaginer l’impact que l’OPEP pourrait avoir grâce à une coopération à une échelle encore mondiale – et cela s’est avéré essentiel pour stabiliser le marché lorsque la demande a atteint des niveaux record.

Barkindo a entretenu une relation très respectueuse avec les pays producteurs de pétrole au sein et en dehors de l’OPEP, notamment l’Iran, l’Irak, l’Arabie saoudite, le Venezuela, la Chine et la Russie, ainsi qu’avec les producteurs de schiste américains. Son talent pour construire des ponts était exactement ce dont l’OPEP et les producteurs du monde entier avaient besoin. En 2017, Barkindo a conduit l’OPEP dans une relation mutuellement avantageuse avec 11 producteurs non membres de l’OPEP (10 pays depuis que la Guinée équatoriale a rejoint l’OPEP en mai 2017), dont la Russie. Les avantages de l’alliance OPEP+ étaient parfaitement apparents en 2020 lorsque la pandémie a frappé et que les voyages se sont presque arrêtés net. Cela n’a pas aidé qu’une guerre du pétrole entre l’Arabie saoudite et la Russie éclate en mars de la même année, entraînant une augmentation de la production alors que la demande était au plus bas. En avril, les contrats à terme sur le pétrole ont plongé, au moins pendant une journée, en territoire négatif, et l’industrie pétrolière était en danger. C’est M. Barkindo qui a habilement réuni toutes les parties autour de la table pour trouver une résolution : les 23 membres de l’OPEP et de l’OPEP+ ont convenu d’enregistrer des réductions de production, une décision qui a permis aux prix du pétrole de se redresser plus rapidement qu’ils ne l’auraient fait autrement. Ce résultat témoigne des compétences de Barkindo en tant que leader, même si, bien sûr, le président Trump s’est attribué le mérite d’avoir résolu la crise. Le Secrétaire général de l’OPEP savait que plus la guerre des prix se poursuivrait, plus les dommages économiques seraient infligés à l’Afrique et à de nombreuses personnes pauvres dans le monde.

Un champion pour l’Afrique

En tant que chef de l’OPEP, Barkindo a le devoir d’être impartial. Pourtant, il n’est pas surprenant qu’au cours de son mandat, le nombre de pays membres africains ait augmenté. La patrie de Barkindo, le Nigeria, a rejoint l’OPEP il y a 50 ans. Selon ses propres termes, la nation «a joué un rôle majeur dans l’orientation de l’organisation vers la coopération, la bonne volonté, le sentiment d’appartenance et d’unité, et en œuvrant à la stabilité du marché pétrolier, consciente des avantages que cela apporte à la fois aux producteurs et aux consommateurs. » Depuis lors, ce sentiment d’appartenance et d’unité s’est étendu au Gabon, à la Guinée équatoriale et au Congo. Aujourd’hui, ces pays ont un siège à la table, pour ainsi dire, un plus grand mot à dire sur la manière dont leurs ressources pétrolières sont utilisées au profit de leur population et de la croissance de leur économie.

Reconnaissant son soutien à l’industrie énergétique du continent, en 2018, l’Africa Oil & Power Conference a nommé Barkindo l’Africa Oil Man of the Year. Son leadership a prouvé que «si vous voulez aller loin, vous allez ensemble», avait alors déclaré Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures de Guinée équatoriale.

« Il a été un énorme champion des pays africains et leur a donné une voix pour aider à stabiliser les marchés pétroliers », a ajouté Obiang Lima.

Barkindo a également été un défenseur de l’Afrique dans le débat sur la transition énergétique. Après avoir dirigé la délégation technique du Nigéria aux négociations des Nations Unies sur le changement climatique pendant 30 ans et avoir été trois fois Vice-président de la Conférence des Parties — COP13 (Bali, Indonésie), COP14 (Poznan, Pologne) et COP15 (Copenhague, Danemark)— il est réaliste quant à la voie à suivre. Il est fermement convaincu qu’un monde désireux de relever les défis du changement climatique doit également accepter qu’il faudra prendre en compte toutes les sources d’énergie pour répondre à la demande actuelle et future, d’autant plus que la pauvreté énergétique reste une réalité dans de vastes régions du continent.

Barkindo n’a jamais hésité à rendre visite aux dirigeants du monde entier et à plaider en faveur d’une énergie abondante, moins chère et fiable. Il ne craignait pas non plus les conversations difficiles. Je me souviens qu’il est allé à l’encontre de l’avis de ses conseillers pour avoir une discussion civile avec un militant du changement climatique qui a insisté pour protester contre l’OPEP à Vienne. Vous pouviez entendre une mouche voler alors qu’il parlait de la pauvreté énergétique et de sa propre expérience de  pauvreté au Nigeria. Son éloquence, sa transparence et son approche respectueuse ont donné des frissons à beaucoup d’entre nous. Il a exhorté les jeunes manifestants à s’accrocher à l’idée de rendre le monde meilleur et les a invités à faire partie de la solution aux problèmes mondiaux.

Au cours de la dernière année, Barkindo a été un opposant particulièrement virulent au mouvement actuel visant à restreindre les investissements dans les hydrocarbures. À moins qu’il n’y ait plus de dépenses pour de nouveaux développements pétroliers et gaziers, a-t-il averti, le monde devrait se préparer aux pénuries d’énergie et à la hausse des prix. Peu de temps après le sommet de la COP26 à Glasgow, M. Barkindo a déclaré que le pétrole et le gaz avaient été injustement ciblés pendant l’événement comme inappropriés pour la transition énergétique, une affirmation qui est manifestement fausse. La pénurie mondiale de gaz qui s’est produite à l’automne 2021 – lorsque les pays européens sont devenus de plus en plus dépendants du charbon à sa place – aurait dû être un «signal d’alarme», a-t-il déclaré. Les investissements dans l’industrie pétrolière et gazière sont nécessaires.

Lors d’une visite au Congo Brazzaville, le ministre du Pétrole Bruno Jean Richard Itoua et l’actuel président de l’OPEP ont décrit Barkindo comme un véritable fils de l’Afrique, un homme amoureux du continent qui a embrassé le Congo sans réserve. Il y a tellement d’histoires qu’il faudrait un livre pour couvrir tout ce que M. Barkindo fait lorsqu’il s’agit d’encourager les investisseurs à regarder l’Afrique et d’exhorter les Africains à créer un environnement propice aux affaires. Je peux vous dire ceci : il le fait avec classe.

 

Il a servi avec intégrité

Pour de nombreuses entreprises et pays africains, Barkindo a été une source d’encouragement et d’inspiration : il a élargi leur conviction que le succès est possible. Il a levé leurs regards et les a encouragés à servir avec intégrité et maturité.

À son tour, diriger l’OPEP a été une expérience positive qui a changé la vie de Barkindo. Il s’est fait des amis incroyables qu’il appelle sa famille, et je pense que si vous lui demandez s’il recommencerait, la réponse serait oui. Il vous dira toujours : «Je suis fier de l’OPEP et je suis un fier Nigérian et l’Afrique est ma maison.

Bien que Barkindo n’ait pas dit publiquement quels sont ses plans après que M. al-Ghais lui succède, son héritage est en sécurité. Vétéran de l’industrie énergétique nigériane, homme d’affaires et diplomate à parts égales, et personne humble à la foi infaillible, sa sagesse, sa force, ses conseils et sa direction sont grandement appréciés et nous manqueront beaucoup à l’OPEP. Mais, connaissant Barkindo, il s’empresserait de nous demander d’être patients avec lui ; il soulignerait que Dieu n’en a pas encore fini avec lui

 

Partager.

Répondre