fbpx

Burkina Faso : Un accord sur un différé de dette avec la France.

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le ministre burkinabè de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré et l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Luc Hallade ont procédé, le mercredi 16 décembre 2020, à la signature d’un Accord sur le différé de dette portant sur un montant total de 5 828 284,47 euros, soit environ 3 823 103 996 de FCFA.

Cet accord s’inscrit dans le cadre de l’Initiative de Suspension du Service de la Dette (ISSD) lancé par le Groupe du G20. Il a pour objet de suspendre le service de la dette due à l’Agence Française de Développement (AFD) au titre de la période allant du 1er mai au 31 décembre 2020. L’objectif final est de permettre au Burkina Faso, Etat bénéficiaire de l’Initiative, de dégager des marges budgétaires et de la trésorerie pour faire face aux effets tant sociaux, qu’économiques de la pandémie de la COVID 19.

Le principal résultat escompté est par conséquent de permettre au pays de dégager et réserver des ressources pour non seulement, faire face, à la pandémie elle-même, à ses effets sociaux, mais également, à la nécessité de relancer son économie. Le montant, objet du présent accord fera l’objet d’un report sur une période d’amortissement de cinq ans, y compris un différé d’une année.

tinmar 970

Depuis son entrée en vigueur le 1er mai 2020, l’ISSD a permis d’alléger la dette de plus de 40 pays, pour un montant total d’environ 5 milliards de dollars, selon la Banque mondiale. Le G20 a également appelé les créanciers privés à participer à cette démarche sur des bases comparables. La période de suspension, dont la fin était initialement prévue le 31 décembre 2020, a été prolongée jusqu’à juin 2021.

Partager.

Répondre