fbpx

La Tanzanie se rêve en future puissance gazière

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le terminal de production et d’exportation de gaz naturel liquéfié (GNL) que les géants gaziers britannique Shell et norvégien Equinor envisagent de construire en Tanzanie pourrait ajouter entre 7 et 15 milliards de dollars par an au PIB du pays, a estimé la banque sud-africaine Standard Bank dans une note de recherche publiée mardi 25 octobre.

A l’arrêt pendant plusieurs années sous l’administration de l’ex-président John Magufuli, le projet de ce terminal GNL situé dans la cité portuaire de Lindi, dans le sud-est du pays, a été réactivé par la présidente Samia Suluhu Hassan.

Le gouvernement tanzanien avait signé, en juin 2022, un accord-cadre avec Shell et Equinor pour la construction du terminal, dont le coût est estimé à 30 milliards de dollars. Cet accord ouvre la voie à de nouvelles discussions qui auront pour objectif une décision finale d’investissement en 2025, et un début d’activité espéré vers 2029-2030.

1.630 milliards de mètres cubes de réserves

Standard Bank a utilisé des modélisations basées sur les évolutions attendues des prix du GNL pour estimer l’impact du projet sur le PIB de la Tanzanie, qui s’est élevé à près de 68 milliards de dollars en 2021. Les analystes de la banque sud-africaine ont fait remarquer que le projet pourrait permettre à la Tanzanie d’accroître sensiblement l’utilisation domestique du gaz naturel, tout en recommandant au gouvernement de «créer les conditions commerciales, fiscales et juridiques appropriées pour permettre le développement du projet».

Le groupe norvégien Equinor exploite, avec l’Américain ExxonMobil, un bloc situé à une centaine de kilomètres au large de Lindi, sur lequel 566 milliards de mètres cubes de gaz de réserves prouvées ont été découverts. De son côté, Shell opère, avec les compagnies partenaires Ophir Energy et Pavilion Energy, sur deux blocs offshores dans la même zone, où ont été trouvés 453 milliards de mètres cube de gaz. Les réserves totales de gaz de la Tanzanie sont estimées à 1.630 milliards de mètres cubes. De quoi envisager l’avenir avec sérénité.  

Partager.

Répondre