fbpx

Mali : Scandale financier à la Chambre de Commerce et d’Industrie

Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’affaire du scandale financier en cours à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM) portant sur un présumé détournement de plus de 10 milliards de FCFA du Fonds Covid a été déballé dans les détails.

Le confrère Aujourd’hui Mali a estimé le montant financier opéré entre Bamako et Abidjan à environ 7 milliards de FCFA, soutiré du Fonds Covid auprès de la Banque Malienne de Solidarité en Côte d’Ivoire, BMS.

Des montants faramineux ont pris une destination inconnue provoquant l’incarcération du Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali et ses proches collaborateurs à la prison centrale. Ils ont été arrêtés suite aux vérifications menées par le Bureau du Vérificateur général appuyé d’enquêteurs du Pôle économique et financier. 

Des malversations étalées dans le rapport du Végal (vérificateur général) qui exposent un trou béant dans la gestion des 10 milliards de FCFA affectés à la CCIM pour le programme présidentiel : « Un Malien, un masque ». C’était en mars 2020 au temps du défunt Président Ibrahim Boubacar Kéita. 

L’hebdomadaire qui paraît tous les vendredis situe qu’après la mise à disposition de cette méga enveloppe, la totalité du fonds fut logée dans la banque citée.

Sachant qu’il est facile de faire la traçabilité des dépenses depuis le Mali, les autorités de la Chambre ont jeté leur dévolu sur le Groupe AZ en Côte d’Ivoire, supposée être le fabricant, donc bénéficiaire du juteux marché,  des masques contre le Covid-19.  

Notre confrère précise que selon des investigations poussées par des enquêteurs maliens qui se sont rendus à Abidjan, aucune société spécialisée dans la confection des masques ne répond au nom du Groupe AZ. D’ailleurs, pour la petite histoire, la seule structure qui répond à cette dénomination est une école maternelle.

C’est ainsi qu’après recoupements, Aujourd’hui Mali a découvert que près de 6 milliards 950 millions de FCFA furent transférés dans le compte bancaire BMS en Côte d’Ivoire dont le numéro : CI 118/01301/01 00 590 02001-46 avec pour motif règlement de facture. Des documents à l’appui renforcent les arguments du sérieux média qui ajoute qu’au lieu que ce fonds soit retiré par un employé du Groupe AZ, c’est plutôt les signatures du président de la CCIM et celui de son comptable qui sont inscrites.

En tout quatre retraits dont trois opérés le même jour : le 7 mai 2022 pour un même montant. Le premier est de 1 750 000 000 de FCFA. Idem pour les deuxième et troisième. Le dernier, d’un montant de 1 750 000 000 de FCFA comme les précédents, fut opéré le 11 mai 2020. Pour un total cumulé de 7 000 000 000 de FCFA.

Des approvisionnements directs qui ont convaincu les enquêteurs que l’entité AZ n’était qu’une structure fictive en plus que la team1 de la CCIM n’a pas été en mesure de produire le numéro d’identification fiscale de la société ou même le contrat et la facture du marché. Des éléments de preuves qui ont été déterminants, pour mettre le grappin sur le Président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali et certains de ses collaborateurs.

Ainsi, la transition du Président Assimi Goïta définit petit à petit les orientations du fonds Covid qui avait fini par créer la polémique à l’heure du régime précédent. Les responsabilités commencent à être situées et le Vérificateur général livre tous les secrets au fil des mois.

 

Partager.

Répondre