fbpx

Le milliardaire israélien Dan Gertler se découvre subitement philanthrope

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Alors qu’il est accusé de tous les maux, le milliardaire israélien Dan Gertler a fait une étrange annonce lundi 16 novembre en promettant de partager avec ses « frères congolais » l’immense richesse qu’il détient.

Est-ce pour échapper aux sanctions américaines dont il fait l’objet pour corruption à grande échelle présumée ou bien s’est-il subitement découvert une âme charitable envers ses « frères et sœurs » congolais? Quoi qu’il en soit, peu de personnes à Kinshasa croient à cette déclaration du sulfureux milliardaire isréalien Dan Gertler.

Cet homme qui a été cité dans les Panama Papers en 2016 et que le Département d’Etat américain a sanctionné à cause justement de ses « contrats miniers et pétroliers opaques et entachés de corruption » qu’il dit vouloir partager en a surpris plus d’un ce lundi 16 novembre. Dans un enregistrement vidéo diffusée à la place d’une conférence de presse à laquelle était invités des journalistes locaux, il a dit qu’ »Au début de l’année prochaine, les dividendes de cette mine (du Katanga, Ndlr) vont commencer à être distribués.


C’est la première fois que vous, frères et sœurs, allez profiter de la richesse de ce pays ». C’est non sans avoir rappelé au préalable qu’il avait investi quelque « 166 milliards de Fcfa », soit quelque 83 millions de dollars qu’il dit vouloir donner l’opportunité aux Congolais de prendre des actions de sa société.

Evidemment, le milliardaire qui s’est découvert subitement une fibre de philanthrope est acculé de toutes parts. Washington l’accuse d’avoir fait perdre à la RDC « 1,36 milliard de dollars de recettes » fiscales dans les années 2010 à l’époque de l’ex-Président Kabila dont il était un proche. En outre, en juillet, il a été accusé par deux ONGs d’avoir contourné les sanctions américaines en s’appuyant sur un réseau international de blanchiment d’argent. Gertler et ses mandataires ont « ouvert des comptes bancaires dans les succursales congolaises d’Afriland First Bank, basée au Cameroun », selon les deux ONG.

Partager.

Répondre