fbpx

3 questions à Faissal Khdiri, DG MasterCard Africa Inc

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Faissal Khdiri

 

« Nous nous sommes engagés à sortir de l’exclusion financière 500 millions d’individus »

 

 

 

AFRIMAG : Que représente l’inclusion financière pour Mastercard ?

tinmar 970

Faissal Khdiri : Pour Mastercard, l’inclusion financière est le projet d’avenir par excellence. Nous sommes un acteur mondial de premier plan et nos engagements sont parmi les plus ambitieux dans le monde. En 2014, la Banque mondiale évaluait à 2 milliards le nombre de personnes exclues des services financiers de base. Nous nous sommes engagés à sortir de cette exclusion 500 millions d’individus.

Qu’est-ce qui explique un engagement de cette dimension?

En premier lieu, nous œuvrons à asseoir la notoriété de Mastercard comme le leader mondial des solutions de paiement. Chemin faisant, nous mettons à la disposition des gouvernements et des organisations une technologie, une expertise et une expérience avérée de Mastercard pour aider à la lutte contre l’économie souterraine par exemple.

L’inclusion financière est-elle liée à la précarité ?

L’inclusion financière ne vise pas uniquement des personnes dans la précarité. Dans le monde entier, le cash s’accapare en moyenne 85% des transactions financières. Cela favorise les économies souterraines, la fraude, la corruption, les dépenses illégales… Mais cela veut, surtout, dire que le système bancaire classique focalise moins de 15% des transactions mondiales. La taille de l’opportunité rend les recherches et les programmes que nous menons sur l’inclusion financière d’autant plus important que les applications sont généralisables à toutes les transactions effectuées en cash, qu’elles soient faites par des personnes exclues financièrement ou pas.

 

Quelques programmes Mastercard

Afrique du Sud :

Mastercard mène pour le compte de l’agence de sécurité sociale Sud-africaine un programme qui permettra de minimiser les risques de corruption et de fraudes, d’optimiser les coûts en automatisant tous les aspects de distribution des aides sociales. Concrètement. Avant, une retraitée en Afrique du Sud devait faire les démarches suivantes pour recevoir son argent. Elle devait partir à la Commune pour disposer d’un certificat de vie. Ensuite elle devait partir au trésor public qui lui remettait un chèque qu’elle devait présenter à la banque. Maintenant, cette même retraitée agira à sa convenance, appellera le centre d’appel, opérant 24/24 heures, qui authentifie la personne grâce à la reconnaissance de son empreinte vocale et lui verse directement sur son compte bancaire l’aide due. Grâce à ce système près de 120.000 cartes ont été émises par jour pour un total de 12 millions à octobre 2014. Le gouvernement Sud-africain estime les économies réalisées grâce à ce système à 375 millions de dollars sur 5 ans.

Nigeria :

Le ministère des Finances a sollicité Mastercard pour « éradiquer » l’exclusion financière. Le programme a donné lieu à l’émission de la première carte d’identité et de paiement 2 en 1 dans le monde. La carte comporte les imprimés de rigueur et accueille une puce qui embarque 15 applications : les données biométriques de l’identité, une carte Santé, une carte Retraité, le permis de conduire et même la carte Etudiant. Dans sa phase pilote, le projet a émis 13 millions de cartes à destination des jeunes de 15 à 24 ans. Il cible 120 millions de personnes dans sa phase finale ! C’est le plus important programme d’inclusion financière dans le monde.

Egypte :

Une première opération avec le ministère des finances égyptien a conduit à l’émission de 10 millions de cartes salaires. « Avec la banque centrale du pays, nous menons un programme pour que 65% de la population jusque-là exclus, accèdent aux services financiers de base », déclare un cadre de ladite banque centrale. Mastercard gère notamment le switch qui assure l’interopérabilité bancaire de toutes les transactions de Mobile Payement dans le pays.

Partager.

Répondre