fbpx

Sécurité alimentaire: Microsoft milite pour la technologie afin doper l’agriculture africaine

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Afin d’atteindre rapidement les objectifs en matière de sécurité alimentaire, Amrote Abdella, le Directeur régional chez Microsoft 4Afrika estime qu’il est nécessaire de s’appuyer sur des technologies de pointe au lieu de continuer à s’acharner sur des méthodes de production rudimentaires.

Rappelant que selon les données de l’Organisation des Nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), « deux milliards de personnes n’ont pas accès à une alimentation sûre, nutritive et suffisante », il pointe l’urgence de changer de paradigme en matière de production agricole.

« L’accélération de l’innovation dans le domaine des technologies agricoles permettra de mettre en place une agriculture basée sur les données qui peuvent optimiser les rendements, stimuler la productivité des exploitations et accroître la rentabilité, tout en nourrissant une nation », écrit Amrote Abdalla.


Une technologie de pointe pour des traditions anciennes

Il rappelle au passage que l’Intelligence artificielle (IA) en agriculture utilise des données de pointe, des analyses avancées et l’apprentissage des machines pour faire entrer des connaissances agricoles séculaires dans l’ère moderne, en donnant aux agriculteurs les outils nécessaires pour optimiser le rendement des cultures et atténuer les effets du changement climatique grâce à des outils comme l’irrigation intelligente.

Selon le Directeur de Microsoft 4Africa, l’agriculture assurant 70 % des moyens de subsistance en Afrique, le géant mondial « s’est engagé à faire en sorte que toutes les communautés agricoles soient équipées des derniers outils, notamment l’Intelligence artificielle (IA), l’internet des Objets (IDO) et l’informatique de pointe, afin d’améliorer la productivité et la durabilité dans l’ensemble du secteur, en tirant parti de notre vaste réseau de partenariats et d’initiatives ».

Sécurité alimentaire, microsoft

L’IA, un outil au service de l’agriculture

L’IA et la technologie cloud peuvent être utilisées pour surveiller les sols, les changements climatiques et plus encore pour prendre de meilleures décisions sur le moment, le lieu et la quantité à planter dans les exploitations agricoles. L’agriculture de précision, qui résulte de l’adoption de technologies avancées dans le secteur agricole, va révolutionner la production alimentaire.

Sur le continent les exemples existent qui montrent combien l’utilisation des nouvelles technologies est bénéfique pour l’amélioration de la production. Ainsi, « au Kenya, SunCulture aide les agriculteurs à améliorer le rendement de leurs récoltes grâce à des systèmes d’irrigation alimentés par l’énergie solaire. Grâce à la technologie IDO, les clients de SunCulture génèrent 10 fois plus de revenus annuels, connaissent une augmentation de 300 % du rendement des cultures et économisent 17 heures de déplacements manuels de l’eau par semaine », souligne Amrote Abdalla.

De même, « le Nigeria Incentive-based Risk Sharing System for Agricultural Lending (NIRSAL) a récemment conclu un protocole d’accord avec Microsoft afin de collaborer pour aider les agriculteurs nigérians à devenir plus productifs, à réduire les coûts, à pratiquer une agriculture durable et à obtenir de meilleurs résultats agricoles grâce au déploiement de la plateforme FarmBeats, qui exploite des capteurs, des drones et des caméras pour une collecte de données continue, aidant ainsi les agriculteurs à améliorer le rendement des cultures et à augmenter leurs revenus ». Et d’ajouter que : « Jusqu’à huit millions d’agriculteurs et quatre millions d’hectares seront touchés de manière positive ».

Par ailleurs, ces nouvelles technologies peuvent même aider les petits producteurs agricoles à avoir accès à une information cruciale concernant les marchés, mais également sur toute l’actualité agricole comme les affections des plantes ou les attaques de nuisibles et les solutions appropriées.
Bien d’autres possibilités s’offrent aux agriculteurs africains comme la plateforme Twiga Foods qui donne la possibilité d’approvisionnement alimentaire interentreprise auprès de petits producteurs.

Partager.

Répondre