fbpx

Burkina Faso : La confusion est totale à Ouagadougou

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Des pourparlers sont en cours pour ramener le calme et la sérénité au Burkina Faso, où des militaires ont entamé un «mouvement d’humeur», dans la nuit de jeudi 29 à vendredi 30 septembre en tirant en l’air et en bloquant les points stratégiques de Ouagadougou, a annoncé la Présidence dans un communiqué.

A l’évidence, la junte qui se retrouve en position « d’arroseur arrosé », est prise au piège et ne sait pas comment régler ce qui ressemble à une tentative de coup d’Etat, largement commenté dans les réseaux sociaux durant toute la journée.

«L’ennemi qui attaque notre pays ne souhaite que la division entre Burkinabè pour accomplir son action de déstabilisation», a poursuivi le communiqué de la présidence de la Transition. Dans le même communiqué, il est précisé que le président burkinabè le lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba « au regard de la situation confuse créée suite à un mouvement d’humeur de certains éléments des Forces armées nationales ce vendredi 30 septembre 2022 à Ouagadougou, invite les populations à observer la plus grande prudence et de rester calme face à certaines informations qui circulent notamment sur les réseaux sociaux».

Des militaires burkinabè ont effectué des tirs en l’air ce vendredi matin dans la capitale où les accès à la Présidence, à la Primature et la télévision publique (RTB) étaient bloqués depuis la matinée. Les tirs ont débuté ce vendredi aux environs de 5 heures GMT. Aucune information sur les revendications des militaires n’était disponible vendredi jusqu’à 12H00.

Dans la foulée, des manifestations spontanées ont eu lieu à Ouagadougou pour soutenir les soldats mutins. Ce mouvement intervient cinq jours après une embuscade meurtrière contre un convoi humanitaire lundi, dans laquelle 11 soldats ont été tués selon un bilan toujours provisoire.

Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, président du Burkina Faso, s’est rendu jeudi, à Djibo (Sahel), pour soutenir et témoigner de sa compassion aux soldats du 14ème Régiment interarmes victimes de l’embuscade de lundi à Gaskindé, alors qu’ils escortaient un convoi humanitaire, a annoncé la présidence burkinabè. Jeudi, plusieurs centaines de personnes ont manifesté à Bobo-Dioulasso dans la capitale économique située à l’Ouest du Burkina Faso pour dénoncer la « mauvaise gestion » de la crise sécuritaire.

Dans un bref communiqué, la Gendarmerie Nationale a informé le public que la cérémonie de sortie de la 48e promotion de l’Ecole Nationale des Sous-officiers de Gendarmerie initialement prévue ce vendredi 30 septembre 2022 à Bobo-Dioulasso, est reportée à une date ultérieure.

Le 24 janvier, l’armée du Burkina Faso a annoncé la destitution du président Roch Kaboré, la suspension de la Constitution, la destitution du Gouvernement, la dissolution du Parlement et la fermeture des frontières.

Dans son tout premier discours, le président autoproclamé du Burkina Faso, Paul-Henri Sandaogo Damiba, a appelé la communauté internationale à aider son pays à sortir de sa crise tout en s’engageant à retrouver une vie politique normale.

 

 

 

 

Partager.

Répondre