fbpx

Dans le grand bain de la logistique africaine. R-Logistic, filiale de R-Logitech du groupe monégasque Monaco Resources en Afrique

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Exister c’est se jeter à l’eau, aller à la rencontre des autres et du monde, disent les thérapeutes. C’est encore plus vrai pour un novice dans le secteur africain de la logistique et du transport tant convoité, voire déjà monopolisé par les majors du monde. Pendant longtemps, voire encore et toujours, ce secteur, comme les autres du reste, n’a pas échappé au système dit de pré-carré largement répandu et entretenu par ses adeptes. Par une approche stratégique, sans à-coups, R-Logistic, filiale de R-Logitech du groupe monégasque Monaco Resources en Afrique, spécialisé dans la logistique, les métaux minéraux et l’agribusiness, continue de tisser sa toile, de l’Algérie au Cameroun en passant par 12 autres pays de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Centrale. C’est le début d’une saga, promet-on.

 

DOSSIER RÉALISÉ PAR MICHE DAREE & ANTHIOUMANE D. TANDIA

 

Un maillage de cette ampleur sur le continent, difficile aujourd’hui de passer à côté. Moins de 3 ans après sa création, R-Logistic revêt une importance stratégique pour le développement de R-Logitech, sa maison-mère riche d’une histoire de plus de 40 ans aux travers de ses autres filiales.

tinmar 970

Si R-Logistic se refuse à afficher ouvertement sa force de frappe pour se positionner au même niveau que les big players sur le continent que sont Maersk, CMA CGM, MSC, Bolloré…, ce qu’il rend public, notamment ses offres de «solutions de transport multimodal innovantes et intégrées», permet d’en mesurer l’ampleur. C’est dire que R-Logistic n’est pas un projet construit ex-nihilo pour tenter de répondre aux besoins grandissants de logistique et de transport du continent.

«R-Logistic est née de la volonté de Monaco Resources Group de développer un réseau logistique en Afrique et des opportunités qui se sont présentées via sa filiale anglaise Nectar», précise Samir Idrissi Ouaggag, son Directeur général. A noter que Monaco Resources Group est fort d’une base d’actifs diversifiés couvrant les métaux, les minéraux, l’agrobusiness, l’énergie, la logistique, le transport, la technologie et la finance.

 

Au fil de l’histoire

Au commencement était R-Logitech. Un fournisseur de services d’infrastructures et de logistique, orientés principalement dans le domaine des ressources naturelles, avec un focus autour de la gestion des ports et terminaux, de l’offre logistique et de solutions technologiques, née voilà quarante ans. Ses six business unit qui forment son ADN couvrent essentiellement les ports et terminaux, les services logistiques notamment de manutention en vrac, l’ensachage, la gestion de terminaux portuaires et aéroportuaires, le transport de marchandises et la technologie… Elles font de R-Logitech aujourd’hui un acteur global majeur, cité parmi les ténors de la chaîne logistique et transport mondiale. Ses arguments chiffrés justifient largement cette position. Présente dans le monde au travers d’une gestion d’un réseau d’entreprises dans plus de 30 pays autour de plus de 40 terminaux, la première filiale du conglomérat monégasque, Monaco Resources Group, transporte plus de 70 millions de tonnes de marchandises par an.

De cette longue et belle expérience, la filiale africaine, R-Logistic, tire le meilleur pour étoffer son maillage et déployer sa stratégie sur le continent. A l’instar de sa maison-mère, le logisticien opère à travers un réseau d’agences sur le continent. Car, selon Samir Idrissi Ouaggag, «La vision du groupe Monaco Resources et de ses dirigeants, en l’occurrence sa fondatrice et Chairwoman, Pascale Younes, et son Président, Axel Fischer, est de par sa spécialisation dans le secteur des ressources naturelles, créer des chaînes de valeur par la maîtrise de tous les coûts». Pari presque gagné !

 

Approche stratégique

A peine créée, R-Logistic s’est déployée massivement sur le continent, dans 
14 pays déjà, en un peu de temps avec un spectre d’activités et services très large. Tout y passe. Une sorte d’offre-couteau suisse qui va de la gestion des ports et de terminaux portuaires et aéroportuaires aux systèmes intégrés de solutions de transports multimodaux, englobant la consignation, le transit, le transport et le stockage. Système qui, selon Samir Idrissi Ouaggag, permet d’accompagner les clients de l’entreprise aussi bien dans l’industrie minière, pétrolière, gazière que dans l’industrie agricole ou encore le secteur marchand. Une prestation qui s’adresse également, selon lui, aux activités liées à la coopération, aux organisations humanitaires, au soutien logistique des projets, aux activités de transition énergétique et d’économie verte. En effet, dans ce secteur, les systèmes intégrés en termes de solutions de transports multimodaux, comme ceux qu’offre R-Logistic, permettent d’accompagner un nombre important de clients évoluant dans des domaines d’activité très variés et de répondre à leurs attentes. Mais au regard de la présence ancienne de big players, on peut se demander la pertinence de dédier à l’Afrique toute une filiale de l’importance de R-Logistic, animée par un réseau géographique allant du Nord au Centre en passant par l’Ouest. D’abord parce que l’Afrique est the place to be, depuis près de deux décennies maintenant pour les opportunités d’affaires qu’elle offre. Comme le confirme le Directeur général de R-Logistic : «Parce que nous croyons en l’Afrique, aux compétences locales et à la possibilité de croissance et de développement, l’implantation d’une filiale de R-Logitech forte de l’expérience de Euroports, opérateur majeur de vrac en Europe et en Chine devenant ainsi un acteur majeur dans le secteur de l’infrastructure et de la logistique lié aux ressources naturelles ne pouvait que favoriser nos entreprises». Pour toutes ces raisons et bien plus encore, le choix du groupe de s’implanter via des filiales et non pas de succursales est assumé. Et les déficits infrastructurels sur le continent notamment en termes de corridors routiers, maritimes et ferroviaires est loin de décourager ces pros de la logistique et du transport. Bien au contraire ! « Nous avons préféré les filiales puisqu’elles favorisent une insertion plus facile et un ancrage plus fort dans chacun des pays. Chaque pays présentant ses propres spécificités, notre stratégie s’est donc portée sur la promotion de dirigeants et mandataires locaux au sein de nos organisations», assène Samir Idrissi Ouaggag, sûr de son coup gagnant. Reste à trouver sa place dans le schéma de la logistique et du transport africain qui attire de plus en plus d’acteurs, à mesure que les pays rivalisent de force de croissance économique notamment !

 

Aller sans à-coup

R-Logistic n’y est pas allée par mille chemins. Sans à-coups, R-Logistic s’est d’abord positionnée massivement sur la partie vrac et conventionnel (bulk et breakbulk) pour tout ce qui touche à la gestion de terminaux et à l’organisation des transports internationaux, en particulier. «Ceci en s’appuyant sur le savoir-faire, et l’expertise du Groupe R-Logitech dans ce domaine. D’ailleurs, le réseau R-Logistic implanté dans 14 pays d’Afrique de l’Ouest et Centrale permet, en lien avec une connaissance forte des pays, de proposer aux clients des solutions logistiques «sur mesure» et répondant parfaitement aux enjeux en présence», justifie Samir Idrissi Ouaggag. Ce qui n’est pas faux quand on sait que ce dispositif stratégique est intégré dans un réseau plus large, c’est-à-dire aux réseaux commerciaux d’Euroports et de Nectar Group, toutes deux filiales de R-Logitech Group. Ce qui laisse dire à Samir Idrissi Ouaggag que R-Logistic est en mesure de proposer à ses clients mais aussi aux autorités publiques des pays qui les accueillent des solutions techniques et opérationnelles novatrices. «Des offres qui, associées à des investissements ciblés et adaptés, permettent d’apporter un niveau de qualité important et une modernisation des activités réalisées», fait-il remarquer. Il faut le dire. Le but recherché par le top management du groupe sur le continent, c’est de positionner «R-Logistic à la fois comme partenaire pour des clients exigeants en recherche d’efficacité opérationnelle et partenaire pour les autorités publiques des différents pays d’implantation en tant qu’investisseur et opérateur d’infrastructures logistiques modernes». Démarche qui serait rendue possible grâce à l’esprit coopératif de l’entreprise qui ne s’en cache pas : «Nous sommes aussi toujours prêts à coopérer et s’allier aux différents acteurs présents dans la région», déclame son Directeur général. Une approche coopérative perçue par beaucoup d’observateurs comme très pertinente au regard de nombreux pays du continent sans façade maritime donc enclavés. Bien que R-Logistic soit présente avec des filiales en propre dans des pays de l’hinterland, Burkina Faso, Mali, Niger et Tchad récemment, l’entreprise ne pourra pas couvrir les 54 pays d’Afrique. Son approche coopérative est en cela pertinente. Mais pour résorber ce handicap, l’entreprise étudie les possibilités d’investir dans les ports secs des pays de l’hinterland pour assurer les services de transport et la gestion des corridors, aussi la facilitation des passages frontières, et au développement d’infrastructures logistiques adéquates.

 

 

 

Who’s who ?

Monaco Resources Group

C’est le groupe monégasque présent mondialement dans la logistique, les mines et l’agribusiness, avec une base d’actifs diversifiés couvrant les métaux, l’agro-industrie, l’énergie, la logistique, la technologie et la finance. Le groupe est fondé par Pascale Younes, son Ceo, et Présidé par Axel Fischer.

R-Logitech 

C’est le vaisseau amiral du groupe monégasque, spécialisé dans la fourniture de service d’infrastructure et de logistique principalement pour le secteur des ressources naturelles. Il coiffe 6 business unit dédiée chacune à une zone géographique : Euroports (Europe et Chine), R-Logistic (Afrique de l’Ouest, Centrale, Maghreb) et Nectar Group (Afrique Australe et Orientale, Amérique Latine) interviennent dans la gestion des ports, terminaux portuaires et aéroportuaires, et services logistiques. Les trois autres : Manuport Logistics est spécialisée dans l’expédition fret entre l’Europe et la Chine, LoGistics couvre l’international dans la transportation d’infrastructure et R-Logitech intervenant à l’international aussi s’occupe de la technologie.

 

logistique afrique

 

Entretien : Samir Idrissi Ouaggag, Directeur général de R-Logistic

 

Le logisticien étoffe son maillage sur le continent

 

Au-delà des solutions et offres de court terme pour répondre aux urgences de la crise sanitaire mondiale, la filiale du groupe monégasque, Monaco Resources Group, poursuit son maillage sur le continent. Pour R-Logistic, l’objectif c’est de connecter le continent africain aux plus grandes plateformes logistiques d’Europe, d’Asie et d’Amérique. Ainsi, son Directeur général Samir Idrissi Ouaggag, estime très important, pour le moyen et long termes, d’avoir une vue d’ensemble de tout le potentiel qu’offre ses secteurs productifs ayant recourt aux services de la logistique et du transport. Et ce, en s’appuyant sur les compétences de ses salariés. La stratégie consiste à partir des centres de compétences pour un maillage global.

 

AFRIMAG : Le Groupe Logitech à travers sa filiale R-Logistic parie sur l’Afrique pour se développer. Comment comptez-vous y arriver et avec quelle stratégie ?

Samir Idrissi Ouaggag Directeur général de R-Logistic

Samir Idrissi Ouaggag, Directeur général de R-Logistic

Samir Idrissi Ouaggag : En nous appuyant sur des filiales solides, nous avons déployé des méthodes et pratiques aux standards internationaux en créant un système délocalisé et transparent. Notre modèle se base également sur le développement de centres de compétence localisés dans les pays où nous sommes présents.

 

En raison de la forte concurrence, pour réussir ce pari, faut-il développer des liens forts avec les grands acteurs de l’investissement dans l’industrie minière, pétrolifère, l’agrobusiness ?

Oui bien sûr ! A travers ses filiales, Monaco Resources Group crée des chaines de valeur pour offrir de multiples services rattachés au secteur des ressources naturelles comme la transformation, le marketing, le financement et la logistique. D’ailleurs, le développement dans ce domaine pour R-Logistic passera par les synergies avec les autres divisions du groupe et la diversification qui sont le fondement d’une croissance solide et durable.

 

Quelles retombées pour les pays accueillant vos filiales et vos partenaires, qu’ils soient grands groupes ou petites entreprises sous-traitantes ?

Elles sont multiples. Le développement de nos filiales est propice au développement économique local notamment par le recrutement de ressources humaines locales, les investissements financiers et la sous-traitance. Notre vision est un ancrage fort de nos filiales en Afrique par le développement notamment de partenariat long terme avec des acteurs-clés dans leur domaine, et des équipes d’encadrement et mandataires sociaux locaux. Le but est de grandir ensemble et construire sur le long terme.

 

La Guinée est l’un des pays qui captent le gros de vos investissements notamment pour la construction d’un port minéralier et d’une route. Comment se développe ce partenariat aujourd’hui ?

Le groupe est présent depuis plus de dix ans en République de Guinée et nous y développons les synergies internes. Nous sommes présents notamment dans le secteur minier où les flux de bauxite sont prévus en direction de l’Europe, le Moyen-Orient et la Chine. Nous sommes également présents dans le secteur agroalimentaire où les produits sont transformés et exportés essentiellement en Europe.

 

Justement, pour désengorger le port de Conakry, vous êtes en négociation avec le gouvernement guinéen pour ajouter un terminal fruitier à son port minéralier. Où en êtes-vous dans les discussions ?

Elles sont en bonne voie. Il faut rappeler que les priorités fixées par l’Etat guinéen concernent le développement d’un terminal fruitier réfrigéré pour permettre aux agriculteurs de la région de Forécariah-Kindia-Coyah d’exporter leur production. Compte tenu de l’environnement propice aux exportations de toutes natures, ceci se fera dans la continuité logique du développement de notre groupe.

 

Le Cameroun est également au cœur de votre stratégie sur le continent. Quel est la place du terminal polyvalent de Kribi dans votre groupe ?

Notre filiale au Cameroun tient une place de choix dans notre stratégie de développement car elle est le point d’entrée de l’Afrique Centrale. Cette filiale lancée récemment se trouve dans le triangle des flux vers le Tchad et la République Centrafricaine. C’est bien avec la même vision du développement des corridors vers les pays enclavés du continent que nous avons décidé de démarrer notre activité au Cameroun.

 

La logistique pétrolière et gazière en Mauritanie et au Sénégal, nouveaux pays pétroliers, attire beaucoup de monde. Comment compte se positionner R-Logistic dans ces deux pays ?

Le caractère intégré du groupe R-Logistic et de ses affiliés (Euroports, Nectar et Manuport) permet à R-Logistic Mauritanienne et Oceans de se positionner sur l’ensemble des chaines logistiques, du navire à la destination finale. Ainsi sur le marché mauritanien, R-Logistic Mauritanienne et Oceans peut proposer à ses clients, à la fois pétroliers et sous-traitants de ceux-ci mais d’une manière générale à l’ensemble de ses clients toutes les prestations logistiques attendues. Ce qui va du stockage à la manutention, en passant par le transit, l’agence maritime, le transport maritime et terrestre, l’organisation du fret, etc.). R-Logistic fort d’un réseau présent dans 14 pays d’Afrique et affiliés à deux grands réseaux mondiaux veut proposer à ses clients l’excellence de ses services, la modernité de ses process opérationnels et sa capacité à nouer, en lien avec ses investissements, des partenariats long terme avec ses clients.

Concernant le Sénégal, R-Logistic est également présent dans ce pays qui a effectivement un fort potentiel Oil & Gas avec Projet GTA partagé ou certains autres clients présents seulement au Sénégal.

Notre filiale offre aujourd’hui un panel de services beaucoup plus large qui intéresse nos clients notamment dans la filière agri-business, les projets de construction, le transport minier, réfrigéré et la gestion des transports de corridors vers les pays enclavés du continent.

 

Avec 14 filiales en Afrique, ne pensez-vous pas qu’il est temps de créer une holding dans l’un des pays où vous êtes présent pour gérer vos activités sur place ?

A envisager, pourquoi pas ! Notre approche de développement sur le continent est orientée vers la mise en place de structures solides et le recrutement de talents humains locaux.

 

Que représente l’Afrique dans vos activités ?

L’ensemble de l’activité R-Logistic est réalisée en Afrique au travers de ses filiales. C’est vous dire que l’Afrique représente tout pour nous.  

 

En quoi consiste votre offre globale sur le continent ?

L’offre globale de R-Logistic est orientée autour de 3 axes. Tout d’abord un réseau d’agences qui couvre l’Afrique de l’Ouest et se développe sur l’Afrique Centrale. Réseau au travers duquel, nous offrons l’ensemble des services logistiques depuis la consignation maritime, le transit, le transport et le stockage. Tout ceci sur la base de services homogènes offrant une qualité de service au niveau des normes internationales. Il y’a aussi les activités de manutention portuaire avec le développement et la gestion de terminaux portuaires. Le dernier axe porte sur l’assistance aéroportuaire, la manutention au sol et l’entrepôt de fret aérien.

DOSSIER RÉALISÉ PAR MICHE DAREE & ANTHIOUMANE D. TANDIA

Partager.

Répondre