fbpx

Kaku Nubukpo, anti-CFA notoire, rejoint l’UEMOA

Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’ex-ministre togolais des Finances, qui s’est toujours montré très tranchant sur la question du Franc CFA, va apporter son expertise à la Commission économique de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Il devrait contribuer à affiner la réforme en cours et dont la première étape vient tout juste d’entrer en vigueur.

Opposant radical à la forme actuelle du Franc CFA, qu’il considère comme «une servitude monétaire», dans son livre éponyme, le Togolais Kaku Nubukpo, rejoint l’UEMOA. Il va prendre fonction incessamment à Ouagadougou au poste de conseiller économique du président de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), Abdallah Boureima. Il vient ainsi remplacer son compatriote Essowè Barcolaqui qui y était depuis trois ans déjà.

Ancien ministre des Finances de son pays, Kaku Nubukpo est connu comme l’un des économistes africains les plus opposés au franc CFA. Cela laisse penser qu’il a été nommé à ce poste pour faire des propositions concrètes qui peuvent faire avancer la réforme de cette monnaie de manière plus édifiante. En effet, la France qui assure la garantie de la parité du CFA par rapport à l’euro a ratifié la première partie de la convention donnant lieu à cette réforme et qui avait été signée entre Emmnuel Macron et Alassane Ouattara en décembre 2019.

En vertu de cette première étape de réforme, les pays de l’UEMOA que sont la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Mali, le Burkina Faso, le Bénin, le Niger, le Togo et la Guinée-Bissau, ne sont plus tenus de déposer la moitié de leurs réserves de change dans le compte d’opération ouvert auprès de la Banque de France au profit du Trésor public français.

Il n’empêche que beaucoup, dont Kaku Nubukpo, estiment que les changements adoptés, bien qu’importants, demeurent insuffisants, notamment compte tenu du maintien de la parité avec l’euro qui fait du Franc CFA une monnaie bien trop forte pour favoriser les exportations des huit pays de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine. Il ne fait aucun doute que l’ex-haut fonctionnaire togolais ne manquera pas de faire bouger les lignes.

Partager.

Répondre