fbpx

Le Cap-Vert devient le 32e actionnaire d’Africa50

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La plateforme panafricaine d’investissement dans les infrastructures, Africa50, a annoncé l’entrée de la République du Cap-Vert dans son capital en tant que nouveau pays actionnaire, lors de son Assemblée générale des actionnaires, organisée le 19 juillet 2022 à Marrakech, au Maroc.

Africa50 compte désormais 32 actionnaires, dont 29 pays africains, la Banque africaine de développement (BAD), la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et Bank Al-Maghrib, selon un communiqué.

«L’adhésion du Cap-Vert constitue un soutien important pour notre organisation et nous aidera à remplir notre mandat, qui est de combler le déficit de développement et de financement des infrastructures en Afrique. Le rôle catalyseur des infrastructures en tant que moteur du développement socio-économique n’a jamais été aussi important et les partenariats avec nos actionnaires, dont le Cap-Vert, sont essentiels pour améliorer la qualité de vie de nos populations et assurer une reprise économique durable et résiliente», a commenté le président du Conseil d’administration d’Africa50, Dr. Akinwumi Adesina.

Alain Ebobissé, Akinwumi Adenisa

Akinwumi Adenisa, PCA de Africa50 et Alain Ebobissé, Directeur général de l’institution

En cinq ans d’activité, Africa50 a réalisé 15 investissements, représentant une valeur cumulée de projets de cinq milliards de dollars US. Dans le seul secteur de l’énergie, plus de 17 millions de personnes ont accès à une électricité fiable et plus propre grâce aux projets financés par Africa50, et 10 millions de personnes supplémentaires en bénéficieront lorsque des projets majeurs au Cameroun et au Sénégal seront opérationnels. Outre ses investissements dans le secteur de l’énergie, le portefeuille diversifié d’Africa50 comprend des investissements dans des secteurs tels que les transports, la logistique et les TIC.

Africa50 jouera sa partition  dans le développement de l’Afrique

Le directeur général Africa50, Alain Ebobissé, a précisé que la prise de participation du Cap-Vert démontre une nouvelle fois le rôle essentiel d’Africa50 pour les pays africains et les infrastructures en Afrique en général.

«De plus, cette nouvelle addition à notre actionnariat nous apporte des capitaux supplémentaires pour remplir notre mandat. Les besoins en infrastructures du continent sont considérables et nous devons accroître le nombre de projets, tout en accélérant leur mise en œuvre afin de permettre à l’Afrique de se remettre plus rapidement des effets de la pandémie. Par ailleurs, nous devons contribuer à atténuer les effets dévastateurs du changement climatique et aider l’Afrique à surmonter les récentes crises alimentaires et énergétique mondiales », a-t-il ajouté.

Africa50 est également en discussion avec la République-Unie de Tanzanie pour son adhésion en tant que pays actionnaire. Le pays entend accélérer la mise en œuvre de son programme d’infrastructures prioritaires.

Africa50

C’est est une plateforme d’investissement créée par les chefs d’États africains et la Banque africaine de développement (BAD), dont le mandat est de développer et d’investir dans des projets d’infrastructures à fort impact en termes de développement, à travers la mobilisation de fonds publics et privés, tout en proposant un rendement attractif aux investisseurs.

Réunissant le développement de projets et le financement de projets sous une même institution, Africa50 accompagne chaque étape du cycle de projet au moyen de trois véhicules d’investissement à savoir « Africa50 – Développement de projets », « Africa50 – Financement de projet » et le Fonds d’accélération pour les infrastructures Africa50 (IAF). Ce nouveau fonds d’infrastructures prend des participations majoritaires et investit des fonds propres et quasi fonds propres dans des sociétés opérationnelles. Il a pour objectif de catalyser des flux d’investissement supplémentaires dans les infrastructures africaines en levant des capitaux auprès d’investisseurs privés et institutionnels.

Partager.

Répondre