Dernières nouvelles
Accueil » Eclairage » Maroc – Guinée : Un partenariat multiforme

Maroc – Guinée : Un partenariat multiforme

  • Le Premier ministre guinéen Mohamed Saïd Fofana, a présidé à Casablanca le forum économique Maroc-Guinée qui a eu lieu le 9 septembre 2014
  • Le Thème retenu pour cette rencontre entre opérateurs économiques Guinéens et marocains étaient : « Cap Guinée : une économie à construire, des opportunités à saisir». Tout un Programme.

 

Rencontre btobA la tête de plus d’une dizaine de ministres et d’au moins deux cents chefs d’entreprise, le Premier ministre guinéen Mohamed Saïd Fofana, a présidé à Casablanca le Forum économique Maroc-Guinée qui a eu lieu le 9 septembre 2014. Le thème retenu pour cette rencontre entre opérateurs économiques guinéens et marocains étaient : « Cap Guinée : une économie à construire, des opportunités à saisir ». Tout un programme. L’occasion était belle pour les deux parties de travailler de concert. Si la Guinée a réellement besoin d’investisseurs mais également de savoir-faire, elle peut trouver des réponses auprès du Maroc et de ses opérateurs économiques. Quant au Maroc, ses entreprises notamment peuvent faire de la croissance externe dans un pays où tout est à faire ou à refaire. Tous les secteurs économiques étaient de la partie. En témoigne la présence de leurs ministres de tutelle. En effet, sur le plan des échanges commerciaux en 203, la Guinée constitue le 8ème fournisseur du Maroc sur le continent africain avec des exportations d’environ 172 millions de dirhams (environ 15,8 millions d’euros), et le 18ème client africain du royaume avec 931 millions de dirhams, soit 85,57 millions d’euros. Côté investissements, le volume des IDE marocains en Guinée a atteint 83,2 millions de dirhams (environ 7,80 millions d’euros) en 2012, soit près de 6 % des investissements marocains en Afrique. Ce qui fait dire au ministre marocain de l’Economie et des finances, Mohamed Boussaid, que ces résultats restent en deçà des potentialités de la coopération entre les deux pays. D’autant plus que la Guinée est pourvue de richesses naturelles et minières considérables avec notamment 2/3 des réserves mondiales de bauxite, et un potentiel extraordinaire de réserves en fer, or, diamant, nickel, uranium et manganèse. Des richesses qui restent largement sous-exploitées puisque le secteur minier contribue seulement pour 15 à 20 % au PIB et pour 25 % aux recettes intérieures de l’Etat.

Dans ce nouveau partenariat gagnant-gagnant, comme l’ont appelé de tous leurs vœux les participants au forum, la Guinée est un pays aux immenses potentialités, qui s’apprête à recevoir, dans la décennie, à venir près de 40 milliards de dollars US. Un pays doté de près de 2 600 km de côtes maritimes et qui partage six frontières terrestres avec les pays de la sous-région ouest-africaine aux marchés accessibles. Un pays résolu à poursuivre le rétablissement des fondamentaux et à poursuivre des politiques stratégiques sectorielles ambitieuses susceptibles de soutenir une croissance économique forte, durable et créatrice de richesses. Et ce n’est pas tout car l’ambition du gouvernement guinéen est encore plus grande, puisqu’il aspire, avec l’exploitation de ses différentes ressources naturelles, de faire de ce pays un hub, une porte d’accès au marché ouest-africain, soit un marché de plus de 300 millions d’habitants

Enfin, un pays soucieux de la protection des investisseurs et leurs biens, comme en témoigne les efforts déployés dans l’amélioration de l’environnement des affaires. Résultat : la Guinée a parcouru, en trois ans et demi, un long chemin pour réaliser une émergence rapide et rétablir la stabilité de son cadre macro-économique, grâce aux réformes économiques et sectorielles lancées, et renoué avec la croissance économique qui a été autour de 3,9 % en 2011 et 2012 et de 2,3 % en 2013, alors que l’inflation est passé de 21 % en 2010 à 9,6 % en juin 2014. Mais la croissance devrait être revue à la baisse, en raison de l’épidémie Ebola qui frappe le pays, comme le souligne dans son intervention Mohamed Diaré, ministre de l’Economie et des finances. Ce qui est sûr, les Guinéens sont en retard et ils comptent aller vite. Mais les élections présidentielles qui pointent en 2015 risquent de freiner l’élan pris si les partis appliquent la politique de l’Autriche.

Le Forum économique du 9 septembre 2014 qui a réuni Casablanca Guinéens et Marocains a, dans tous les cas, démontré que la Guinée a les capacités et les potentialités et qu’elle peut compter sur son partenaire historique maghrébin qu’est le Maroc.

Trois accords de partenariat signés

Trois accords de partenariat portant sur les secteurs de l’agriculture et de l’assainissement ont sanctionné le Forum économique Maroc-Guinée. Le premier est relatif à un protocole de jumelage entre le Complexe horticole d’Agadir et le Centre de promotion horticole (CPH) de Dalaba en Guinée. Ce partenariat vise pour une durée de cinq ans le développement de la filière horticole en Guinée à travers l’élaboration d’un programme de développement de l’horticulture familiale, de marché, urbaine et péri urbaine, l’identification des variétés, des espèces maraîchères et fruitières les mieux adaptées aux conditions agro écologiques et le renforcement des capacités des cadres travaillant dans le domaine horticole pour son intensification et son développement. La deuxième convention a trait aux domaines de l’élevage, de l’immobilier, de la minoterie et des conserves de poisson pour un investissement de 160 millions de dollars US tandis que la troisième concerne le partenariat dans le secteur de l’assainissement de la ville de Conakry.

Les priorités du moment de la Guinée

Pour le gouvernement guinéen les priorités ne sont pas les mêmes. Les plus urgentes sont aujourd’hui la réhabilitation et la construction des infrastructures sans lesquelles aucun développement économique et social en Guinée ne sera possible. C’est particulièrement vrai pour les routes, les autoroutes, les réseaux électriques, les réseaux ferroviaires, les ports, les télécommunications, etc. « L’encouragement de la production et la transformation de nos produits agricoles et autres ressources naturelles ; la promotion des PME-PM1 pour générer une croissance soutenue, forte, inclusive et génératrice d’emplois ; la formation d’un capital humain compétent dans tous les domaines d’activité ; le renforcement de nos capacités sanitaires sont également au cœur de nos préoccupation », indique Morlaye Diallo, Président de la Cambre de commerce, d’industrie et d’artisanat de Guinée

Ebola s’invite au forum

Au moment où s’est tenu ce forum, la Guinée affrontait et continue d’affronter la plus grave crise sanitaire de son existence. Ebola met à rude épreuve les efforts économiques, financiers et sanitaires que le gouvernement déploie, depuis l’élection du Pr Alpha Condé à la magistrature suprême. « Cette crise engendre aussi des conséquences sociales néfastes puisqu’en plus d’endeuiller nos familles, elle compromet des milliers d’emplois et alimente un sentiment d’insécurité chez nos concitoyens et autres personnes vivant parmi nous », explique le Premier ministre Mohamed Saïd Fofana. Et d’ajouter : « toutefois, le peuple de Guinée tout entier, son gouvernement et son président restent débout pour faire face à cette épidémie que nous considérons comme une leçon de la vie. Avec l’aide d’Allah, le leadership du gouvernement, la farouche détermination de toutes les composantes de la société guinéenne et le soutien des pays amis et autres partenaires au développement nous sortirons victorieux de cette épreuve ».

Mohamed Saïd Fofana

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*