fbpx

Montpellier : Face à face entre la France et l’«Afrique d’en bas »

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Sommet Afrique – France qui s’est ouvert jeudi 7 octobre à Montpellier est une rupture absolue par rapport à ce que l’on avait connu jusqu’à présent. Sans chefs d’Etat et sans autorités institutionnelles, il est exclusivement consacré à la jeunesse d’Afrique et de France qui, chaque jour, bâtit l’avenir de la relation entre la France et le continent africain.

Pour la première fois, des centaines de jeunes entrepreneurs, artistes, chercheurs, athlètes, étudiants, personnalités engagées d’Afrique et de France sont réunis ensemble pour partager cet objectif. Ce sommet entre la France et l’« Afrique d’en bas », renseigne sur la façon dont Emmanuel Macron entend rénover les relations compliquées de la France avec le continent africain. Ce «nouveau sommet», selon la terminologie officielle, est ainsi censé marquer un changement méthodologique et de perception des rapports entre les deux parties.

Ce sommet s’articule autour de cinq grandes thématiques : l’engagement citoyen, l’entreprenariat et l’innovation, l’enseignement supérieur et la recherche, la culture et le sport -ils échangeront pendant une demi-journée sur la manière de nouer des nouveaux réseaux, de concevoir des projets communs, de bâtir des ponts.

Résumé :

Engagement citoyen et démocratie : La souveraineté, la liberté d’expression, la citoyenneté, la mobilité et la démocratie sont des sujets qui ont été largement abordés lors des Dialogues Afrique-France. Ils témoignent de l’exigence des plus jeunes générations et des attentes vis-à-vis de la France. Ils cristallisent aussi des incompréhensions et des entraves à l’invention de nouvelles formes de la relation. Les expériences innovantes, à l’échelle des territoires notamment, les expériences de co-construction, les mouvements citoyens, les diasporas en France, ou les nouveaux réseaux et cercles de pensées sont les porteurs des pistes du changement. La séquence « Engagement citoyen et démocratie » sera le lieu du débat pour redéfinir le rôle de la France auprès des sociétés civiles africaines.

Entrepreneuriat et innovation : Cette séquence ouverte 48 heures avant l’ouverture officielle du Sommet s’étend sur quatre jours, du mardi 5 au vendredi 8 octobre. Environ trois cents entrepreneurs africains sont attendus à trois événements organisés par les principaux acteurs économiques publics : la Banque Publique d’Investissement (BPI), Business France, et l’Agence française de développement (AFD) et sa filiale Proparco. Cette séquence vise à accélérer et renforcer les liens commerciaux et économiques entre la France et l’Afrique et construire une communauté d’entrepreneurs qui se maintiendra dans le temps.

En s’appuyant sur les initiatives en matière de soutien au secteur privé africain et à l’entrepreneuriat depuis le discours de Ouagadougou et sur le partage d’expériences inspirantes, les participants, qu’ils soient du secteur agricole, des industries culturelles et créatives ou du sport, échangeront avec leurs homologues français, notamment issus des diasporas, pour imaginer les outils d’animation des réseaux économiques de demain, favorisant la conception et la conduite de projets d’investissements novateurs. Le networking et les rencontres B2B auront une place centrale dans toutes les étapes.

Enseignement supérieur et recherche : Nourrir, Soigner, Ces échanges permettront d’identifier ensemble des réponses concrètes aux grands défis que nous avons en commun en matière d’agriculture, de climat et de santé. Cette séquence se tiendra à l’issue de quatre journées d’échanges et de travail organisées par les établissements

d’enseignement supérieur et de recherche de Montpellier (« Montpellier Global Days ») et qui ont vocation à être pérennisées.

Culture, patrimoine et créativité : Artistes, conservateurs, créateurs, entrepreneurs culturels, aborderont à la fois les enjeux autour de l’accès de la jeunesse africaine à son patrimoine via les restitutions et les nouvelles pistes de la coopération muséale, et (2) les échanges en matière de créativité contemporaine et d’appui aux industries culturelles et créatives africaines. La restitution du patrimoine culturel et artistique africain détenu dans les collections privées et les musées français, est un des engagements phare du Président de la République.

Quatre ans après le discours de Ouagadougou, le sommet sera une opportunité de faire un premier bilan et d’explorer les enseignements qui en sont ressortis. Le Nouveau Sommet Afrique-France dressera un point d’étape sur les processus de coopération patrimoniale et muséale en cours avec le Bénin et le Sénégal à la suite du vote de la loi du 24 décembre 2020, et tracera des perspectives de coopération nouvelles. Des initiatives concrètes illustreront cette dynamique : l’association Alter Natives et l’implication des jeunes autour du patrimoine culturel; l’exposition « Picasso à Dakar : 1972-2022 » co-construite par des partenaires sénégalais et français ; les chantiers bénévoles d’Union Rempart qui forme autrement les habitants à la protection du patrimoine.

Sport : En lien avec la métropole de Montpellier et des personnalités du monde sportif africain et de la diaspora, un accent sera mis sur les sports collectifs, les sports urbains et le e-sport. Des équipes de jeunes athlètes du Mozambique, du Ghana, du Bénin et de la Côte d’Ivoire feront le déplacement à Montpellier pour venir à la rencontre de jeunes sportifs français. A travers des démonstrations de rugby, de football et de basket, le sport féminin sera à l’honneur. En parallèle de ces disciplines, des pratiques sportives telles que les sports urbains (skate, BMX) et le e-sport seront mises en valeur. Des animations sont également prévues en centre-ville autour du Pavillon Populaire dans le cadre de l’Africa Montpellier Festival.

Partager.

Répondre