fbpx

OMC : Le retrait de la candidature de sa rivale coréenne laisse la voie libre à Okonjo-Iweala

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Ngozi Okonjo-Iweala est presque assurée de prendre la tête de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), puisque la presse spécialisée Outre-atlantique affirme que la Coréenne Yoo Myung-Hee a informé les Etats-Unis qu’elle retirait sa candidature. La défaite de Donald Trump semble y être pour beaucoup.

C’est très connu, un simple battement d’aile de papillon dans le grand Canyon peut être à l’origine d’un orage quelque part dans le Golfe de Guinée. C’est visiblement ce qui s’est passé, avec la défaite de Donald Trump dont l’administration soutenait mordicus que la Coréenne Yoo Myung-Hee devait prendre la tête de l’OMC, alors que tous les autres pays membres avaient opté pour sa rivale la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala.

Ce jeudi 3 octobre, s’est produit un rebondissement que beaucoup espéraient et que tant d’autres attendaient depuis que Joe Biden a été déclaré vainqueur de la présidentielle américaine. Il s’est exactement passé un mois, jour pour jour, entre le jour du vote aux Etats-Unis et la décision de la Coréenne de se retirer de la course pour la direction générale de l’OMC. Le Washington Trade Daily cite des sources disant que la Corée du Sud a notifié aux États-Unis sa décision et devrait la rendre publique «dans les prochains jours».

tinmar 970

Du coup, il n’y a plus de suspens : Ngozi Okonjo-Iweala deviendra la première femme, la première noire et le premier africain à prendre la tête de l’Organisation mondiale du commerce. Elle succédera ainsi à Roberto Azevedo, démissionnaire au courant de l’été dernier pour convenance personnelle.

Partager.

Répondre