fbpx

OMS/ Six pays africains recevront le transfert de technologie pour produire leurs propres vaccins

Pinterest LinkedIn Tumblr +

« J’ai le plaisir d’annoncer le nom des six premiers pays africains qui recevront le transfert de la “technologie hub”, pour produire leurs propres vaccins. Il s’agit de l’Égypte, du Kenya, du Nigeria, du Sénégal, de l’Afrique du Sud et de la Tunisie », a déclaré récemment le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Cette annonce du patron de l’OMS est une réponse à l’appel lancé par les pays d’Afrique de créer de sites de fabrication de vaccins dans ces pays à revenus faibles ou intermédiaires, mais aussi suite au constat accablant de l’inégalité d’accès au vaccin anti-Covid. « Plus de 80 % de la population africaine doit encore recevoir sa première dose », a fait remarquer M. Tedros. Cette inégalité d’accès au vaccin est due au fait « qu’au niveau global, la production de vaccins se concentre dans certains pays à hauts revenus », a poursuivi M. Tedros. L’Afrique représente 1% de la production de vaccins dans le monde. La « technologie hub » est une plate-forme qui intègre aussi bien la fabrication des vaccins à ARN messager, que celle des vaccins contre d’autres maladies comme le paludisme, la tuberculose. La fabrication de médicaments et autres produits pharmaceutiques est également incluse dans ce hub.

L’OMS va travailler avec les firmes et les gouvernements de chaque pays bénéficiaire à travers une feuille de route, pour la formation et la production de vaccins ». Il s’agit donc d’un investissement stratégique, non seulement pour le Covid-19, mais aussi pour toutes les grandes maladies auxquelles le continent africain est confronté « , a relevé Dr Tedros.

Le Président sud-africain Cyril Ramaphosa a salué la décision de l’OMS. « C’est ensemble qu’il faut nous attaquer aux obstacles qui se présentent à nous, et c’est ensemble que nous devons prouver au monde que l’Afrique a les capacités scientifiques industrielles pour fabriquer les vaccins, les dispositifs de diagnostics et les médicaments, qui sont nécessaires à garantir la bonne santé de sa population », a-t-il souligné. Ces hubs offrent à l’Afrique « la possibilité de développer des capacités stratégiques de production dans le domaine de la santé et dans le domaine des vaccins », a réagi Charles Michel, président du Conseil européen. « C’est non seulement un grand pas en avant dans la lutte contre la pandémie mais aussi un grand pas en avant dans la voix de la souveraineté stratégique de l’Afrique en matière de vaccins », a relevé Ursula von der Leyen, présidente de la Commission de l’UE. L’UE, la France, l’Allemagne et la Belgique ont contribué à la création de ces hubs de transfert de technologies à hauteur de 40 millions d’euros d’investissement, sans oublier le soutien de la Norvège et du Canada. Pour le président français Emmanuel Macron, il faut poursuivre la réflexion sur la question de la propriété intellectuelle, car dit-il, celle-ci « ne doit être un rempart à la production et la diffusion de vaccins partout où ils sont nécessaires ». « C’est un grand jour pour l’Afrique et pour l’Europe. C’est un grand jour pour notre sommet », a reconnu le président du Sénégal, Macky Sall et président en exercice de l’UA. Il a rappelé que l’urgence doit être de rendre effectif ce transfert de technologie, de mutualiser les efforts avec l’OMS, mais surtout pour la régulation, la mise en œuvre immédiate de l’Agence africaine du médicament (AMA), avec le soutien de CDC Afrique. « Ce jour est un jour symbolique. C’est une journée pleine d’espoirs, pleine de bonheurs pour nous. J’aimerais vous remercier d’avoir choisi l’Égypte en tant que pays bénéficiaire pour recevoir le soutien, pour produire les vaccins à ARN messagers (ou ARNm) ainsi que d’autres vaccins, et endiguer le flux des maladies et des pandémies », a réagi le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi. « L’événement d’aujourd’hui est d’une importance historique. Ce programme, une fois qu’il sera mise en place, permettra à l’Afrique d’être plus autonome en matière d’approvisionnement en vaccins », a relevé le président du Kenya, Uhuru Kenyatta. Le président du Nigeria, Mohammadu Buhari a également remercié l’OMS et tous les partenaires impliqués dans ce projet.  » Aujourd’hui est une journée historique. Cependant, nous devons surmonter les défis de la propriété intellectuelle dans des questions qui touchent l’humanité entière », a fait savoir le président tunisien Kaïs Saïed.

Partager.

Répondre