fbpx

Pétrole : Les Russes tiennent un discours alarmiste sur d’éventuelles pénuries de pétrole

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dans cette période de transition énergétique, toute la prudence doit être de mise. C’est ce que semble dire les autorités russes qui tiennent à poursuivre l’exploitation des hydrocarbures. Après le vice-ministre des énergies, c’est au tour du PDG de Rosneft, la société nationale russe, de mettre en garde contre une éventuelle pénurie.

S’il est certain que le monde se dirige de plus en plus vers les énergies vertes, la question se pose de savoir à quel rythme faut-il y aller. En tout cas, les producteurs d’hydrocarbures, avec à leur tête les Russes, cherchent à retarder cette échéance. Ils n’hésitent pas à soulever les risques de déséquilibre entre l’offre et la demande liée à la faiblesse des investissements dans le secteur pétrolier et gazier.
Igor Sechin, le patron de Rosneft, a accentué son intervention lors du Forum économique international de Saint-Petersbourg, sur ce risque qui pourrait perturber profondément et durablement l’économie mondiale. Selon lui, «La stabilité à long terme de l’approvisionnement en pétrole est menacée par le sous-investissement. On s’attend à ce que certaines pénuries se manifestent à partir du second semestre de 2021». Il s’agit d’un véritable plaidoyer pour que le monde n’abandonne pas rapidement les énergies fossiles, alors que celles renouvelables ne peuvent pas encore prendre le relais.

C’est pour lui une certitude que les choses vont trop vite pour éviter à l’économie mondiale d’aller droit dans le mur. Il a visiblement repris les éléments de langage de son vice-ministre des Energies, Alexandre Novak, qui a précédemment expliqué que la forte pression sur les producteurs pour qu’ils abandonnent le pétrole et le gaz risque de mener le monde au chaos.
Discours ne peut être plus alarmiste, mais c’est de bonne guerre. Au moment où, les pro-climats luttent pour que le monde ne dépende plus des énergies fossiles, les producteurs, eux, pensent légitimement à maintenir leurs revenus qui risquent de s’étioler au cours des années à venir.

Partager.

Répondre