fbpx

RDC : Nairobi hausse le ton contre les rebelles du M23

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Kenya a annoncé mercredi 02 novembre le déploiement de troupes en République démocratique du Congo (RDC) dans le cadre d’une intervention militaire régionale visant à soutenir le régime congolais face aux rébellions actives dans l’est du pays dont le M23 qui a relancé les hostilités avec le soutien du Rwanda.

«En tant que voisins, le destin de la RDC est lié au nôtre», a lancé le président William Ruto à Nairobi lors d’une cérémonie de présentation du contingent prêt à partir, en rappelant que la force régionale doit compter également des militaires du Burundi, d’Ouganda et du Soudan du Sud.

« Nous ne permettrons pas aux groupes armés, aux criminels et aux terroristes de nous priver de notre prospérité commune », a prévenu le chef de l’État kényan, sans préciser le chronogramme de déploiement des troupes.

Des sources militaires à Nairobi ont refusé de révéler le nombre de soldats kényans impliqués dans cette intervention, en évoquant des «questions évidentes de sécurité».

La RD Congo, pays riche en minerais, tente de contrer les activités de dizaines de groupes armés qui prolifèrent dans ses provinces de l’Est, très riches en ressources naturelles. Les dirigeants des sept pays membres de la Communauté est-africaine (Burundi, Kenya, Rwanda, Tanzanie, Soudan du Sud, Ouganda et RDC), dans laquelle le Kenya joue un rôle moteur, s’étaient mis d’accord en avril dernier pour la création d’une force conjointe pour aider à restaurer la stabilité en RDC.

La tension est particulièrement vive dans la province du Nord-Kivu depuis la résurgence du M23 (« Mouvement du 23 mars« ), une ancienne rébellion tutsi qui a repris les armes en fin d’année dernière. Après des semaines d’accalmie, le M23 est à l’offensive depuis le 20 octobre dans le territoire de Rutshuru, où elle s’est emparée de villes sur un axe routier stratégique desservant Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Partager.

Répondre