fbpx

RDC : Tshisekedi ordonne un audit de tous les contrats de concessions forestières

Pinterest LinkedIn Tumblr +

En Afrique, la République démocratique du Congo (RDC) est le premier pays forestier. Alors que les préoccupations relatives au changement climatique prennent de plus en plus d’importance, la question de la durabilité de l’exploitation des ressources se pose avec acuité

Le président Félix Tshisekedi vient d’ordonner la réalisation d’un audit général de tous les contrats de concessions forestières en vigueur dans le pays afin d’évaluer leur légalité juridique. Cette tâche sera effectuée par le ministère de l’Environnement et du Développement durable qui devrait lancer notamment un inventaire global des domaines avec leur localisation entre autres.

Avant cet audit ordonné par le chef de l’Etat, le gouvernement de la RDC avait suspendu une société forestière après la dénonciation par la société civile

Parmi les transactions visées par cette opération, figure l’octroi de 6 concessions forestières à des fins de conservation, couvrant 1,37 million d’hectares de forêts, à la société TradeLink basée à Lubumbashi dans la province du Haut-Katanga par Claude Nyamugabo Bazibuhe, ex-ministre de l’Environnement.

Selon des experts, ce projet pose problème dans la mesure où son étendue dépasse le plafond réglementaire de 500 000 hectares devant profiter à chaque opérateur en vertu du code forestier.

Dans le second pays le plus vaste du continent africain, l’octroi de concessions pour l’exploitation forestière ces dernières années a suscité de nombreuses critiques de la part d’organisations environnementales et de la société civile.

La RDC abrite 60 % de la surface de forêts denses du Bassin du Congo, second massif forestier tropical du monde derrière l’Amazonie avec 375 millions d’hectares.  

 

 

Partager.

Répondre