fbpx

Rwanda : Le Danemark conclut un accord de principe avec Kigali sur les réfugiés et la migration

Pinterest LinkedIn Tumblr +

    Source : Thelocal.dk 

 

Le Danemark a conclu un accord avec le Rwanda pour coopérer en matière de migration et d’asile dans ce qui pourrait être la première étape vers le pays africain ayant érigé un centre d’accueil de réfugiés pour le Danemark.

Le ministère danois des Affaires étrangères a publié mercredi 5 mai  un «Mémorandum d’accord concernant la coopération sur les questions d’asile et de migration» signé par le ministre de l’Immigration Mattias Tesfaye danois lors d’une visite au Rwanda la semaine dernière. Dans le mémorandum, les deux pays appellent à modifier le système d’asile actuel «injuste et contraire à l’éthique», qui, selon eux, «incite les enfants, les femmes et les hommes à entreprendre des voyages dangereux le long des routes migratoires, tandis que les trafiquants d’êtres humains gagnent des fortunes».

«C’est… la vision du gouvernement danois que le traitement des demandes d’asile devrait avoir lieu en dehors de l’UE afin de briser la structure d’incitation négative du système d’asile actuel», disent-ils. Les sociaux-démocrates au pouvoir au Danemark ont ​​planifié la création d’un centre d’accueil à l’étranger pour les réfugiés, l’une des politiques fondamentales de leur campagne électorale de 2019, et le jour du retour de Tesfaye au Danemark, le gouvernement a déposé un nouveau projet de loi au Parlement intitulé possibilité de transférer les demandeurs d’asile pour traitement et éventuelle protection ultérieure dans des pays tiers ».

Bien que le document ne mentionne pas le Rwanda lui-même abritant un centre d’accueil, il note que le Rwanda a déjà hébergé un «centre de mécanisme de transit d’urgence (ETM)» dans le cadre d’un accord entre le gouvernement rwandais, le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés et l’Union africaine.

Le centre accueille des réfugiés qui ont été emprisonnés en Libye puis évacués vers le Rwanda. L’accord avec le Danemark est censé renforcer la capacité du Rwanda en matière de «détermination du statut de réfugié», le processus juridique ou administratif par lequel les gouvernements ou le HCR déterminent si une personne demandant une protection internationale est considérée comme un réfugié. 

Cela impliquerait également la fourniture de fonds, une «assistance technique» par des experts danois, un «soutien aux moyens de subsistance pour les réfugiés», un soutien au centre ETM du pays et des voyages d’études au Danemark pour des fonctionnaires rwandais. 

Lors d’une audience mardi, Tesfaye a refusé de confirmer que son voyage avait permis de conclure un accord qui verrait le Rwanda accueillir des réfugiés au Danemark pendant que leurs dossiers sont en cours de traitement.

«Nous avons présenté notre idée d’une nouvelle politique d’asile à un grand nombre de pays à l’intérieur et à l’extérieur de l’Europe», a-t-il déclaré. «Et puis nous avons identifié une bonne poignée de pays avec lesquels nous allons essayer d’avoir une discussion. Nous n’allons pas nommer ces pays.»

Un protocole d’accord n’est contraignant pour aucune des parties et définit simplement le cadre des négociations futures. Dans une déclaration de mars, le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a appelé à «s’abstenir d’établir des lois et des pratiques qui externaliseraient ses obligations d’asile» en vertu des conventions des Nations Unies

Le Danemark n’est pas le premier pays à faire appel à l’aide du Rwanda pour s’occuper de ses réfugiés. En novembre 2017, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a signé un accord secret avec le Rwanda, en vertu duquel, selon les médias israéliens, le Rwanda recevrait 5000 dollars pour chaque demandeur d’asile reçu.

Selon un article paru dans Foreign Policy, la plupart des demandeurs d’asile envoyés par avion au Rwanda en provenance d’Israël, dont la plupart venaient d’Érythrée ou du Soudan, ont fini par quitter le pays, soit pour l’Ouganda, soit pour le Soudan du Sud.

 

Partager.

Répondre