fbpx

Sanctions financières : Karim Keïta répond au Trésor américain

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Cité parmi les personnalités sanctionnées financièrement par les USA, l’ex membre influent du pouvoir malien sous le défunt président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) est sorti du silence :  il clame son innocence.

D’emblée, celui qui fut député avant le coup d’État du 20 août 2020 a indiqué s’être soumis à un droit de réserve pour  »ne pas déranger la Transition » et  »gêner la bonne marche » de son pays d’accueil.

L’exilé en Côte d’Ivoire reste surpris par la décision américaine qui n’est autre, selon lui,  »qu’une accusation à tort ». Le fils de l’ancien président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, Karim Keïta, dit Katio pour les intimes, rappelle être un présumé innocent fiché coupable sans aucune forme de procès pour des fins politiques qu’il désavoue. Il dénonce une «décision unilatérale sans recoupement avec une campagne de lynchage par des médias instrumentalisés.»

 »Je tiens à réaffirmer mon innocence aux faits narrés d’une existence douteuse auxquels je suis étranger » a-t-il lancé.

Indiquant qu’il entamera des actions judiciaires dans les canaux américains. Celui qui était surnommé  »le fiston national » insiste sur sa présomption d’innocence jusqu’à ce que la preuve du contraire soit apportée.

Partager.

Répondre