fbpx

2,4 milliards d’euros attendus des PPP

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Infrastructures, agriculture, tourisme, Education-formation, les secteurs sont nombreux où l’Etat du Sénégal veut des partenariats publics-privés. Au total, plus de 2,4 milliards d’euros seront nécessaires pour les projets que devront financer et gérer le privé.

tramway

Avec le plan Sénégal Emergent (PSE), les Partenariats publics-privés semblent acquérir leurs lettres de noblesse dans la réalisation d’infrastructures. Au total, « au terme du bouclage du financement du PSE pour un coût de 9.686 milliards de FCFA, soit 14,8 milliards d’euros, celui-ci serait financé par, l’Etat à hauteur de 4.203 milliards de FCFA (43,4%), les partenaires techniques et financiers pour 3.909 milliards de FCFA (40,4%), et enfin le Privé à travers les PPP pour 1574 milliards de FCFA (16,3%) », peut-on lire dans la note d’information consacrée au PSE.

Le tramway de Dakar

Sur ce montant de 1574 milliards de FCFA concernant les PPP, les infrastructures et l’agriculture arrivent en tête. En effet, les infrastructures et services de transport devraient représenter quelque 417,4 milliards de FCFA, soit 637 millions d’euros, notamment avec la construction du Tramway à Dakar et le projet de hub aérien régional. Le Sénégal ambitionne également la construction d’un véritable réseau autoroutier dont plusieurs portions sont déjà concédées, notamment à des entreprises chinoises et françaises.

tinmar 970

150 projets d’agrégation agricole

Concernant l’agriculture, les PPP permettront de financer des projets à hauteur de  396,6 milliards de FCFA avec deux projets phares, le  développement de 3 ou 4 corridors céréaliers et la mise en place de 100 à 150 projets d’agrégation ciblés sur les filières HVA et élevage. Il s’agira notamment d’organiser des petits producteurs agricoles autour de grands opérateurs modernes, hautement productifs et à haut niveau de productivité ou encore de développer des packages de services constitués du financement, de l’accès aux intrants et aux matériels agricoles, de l’appui technique/encadrement, de la collecte de la production ou de sa transformation et sa commercialisation. Toujours dans ce domaine agricole, l’Etat attend du privé qu’il aménage des espaces dédiés tels que les infrastructures de stockage et de transformation ou encore qu’il construise des pistes de désenclavement. Enfin, le partenariat public privé concernera aussi la facilitation de la mise en place de 7 grands modèles d’agrégation dépendant de la vocation de l’agrégateur, de son mode de gouvernance et de son degré d’intervention dans la production.

Dakar Business Park, une ambition régionale

A côté de ces deux grands domaines, il y a également l’habitat et le cadre de vie dont les projets à financer nécessiteront la mobilisation de 246 milliards de FCFA, soit quelque 375 millions d’euros, un montant deux fois plus important que ce qui a été investi dans l’autoroute à péage Dakar-Diamniadio. Il y deux projets phares que sont le Busness Park, appelé à devenir un véritable centre des sièges sociaux de la région et base de vie de la Capitale, mais également le programme d’accélération de l’offre en habitat social.

Pour sa part, le tourisme devrait canaliser 166 milliards de FCFA, dont l’essentiel sera orienté vers le développement touristique intégré. Alors que l’éducation et la formation sont appelées à recevoir près de 142 milliards de FCFA. A ce niveau, la priorité du gouvernement est la construction de résidences universitaires et de « Dakar Campus universitaires de références »

Partager.

Répondre