fbpx

Entretien avec Gaoussou Touré, ministre des Transports de la Côte d’Ivoire

Pinterest LinkedIn Tumblr +
Gaoussou Touré, ministre des Transports de la Côte d'Ivoire

Gaoussou Touré, ministre des Transports de la Côte d’Ivoire

« PAA est une structure bien géré avec des règles de transparence et de bonne gouvernance »

Le ministre ivoirien des transports, Gaoussou Touré s’est prononcé sur la notation financière du port autonome d’Abidjan et donne la position du gouvernement quant au rôle que doit jouer le secteur privé dans le tissu socio-économique d’une Côte d’Ivoire qui sort progressivement d’une décennie de crise.

AFRIMAG : Quel est l’état financier du Port Autonome d’Abidjan (PAA) ?

Gaoussou Touré : Lorsque nous sommes arrivés au pouvoir, le Port Autonome d’Abidjan (PAA) était dans une situation financière difficile avec plus de 37 milliards de FCFA de déficit. Il fallait donc mettre en place un plan de restructuration financière et en même temps un plan de développement du port. Je dois vous dire que ces deux objectifs sont atteints aujourd’hui. .
En demandant une notation financière, et nous en sommes fiers, nous avons soutenu et autorisé la démarche du PAA. Cette initiative permet de montrer au monde entier que nous avons, avec le Port Autonome d’Abidjan, une structure bien gérée qui répond aux règles de transparence et de bonne gouvernance édictées par toutes les institutions internationales de financement. C’est une satisfaction parce que cela nous permet en même temps de réaliser les financements que nous avons prévus.

La notation financière du PAA a-t-elle atteint ses objectifs?

Comme je l’ai tantôt annoncé, aujourd’hui le point fort que nous avons au niveau du port et du ministère du Transport, c’est que le secteur privé doit prendre une part importante dans le financement des différents projets parce que pour nous, c’est le secteur privé qui est le moteur de développent économique et social. Il ne s’agit pas de le dire tout simplement, mais il faut que par les actes posés par le gouvernement, on puisse le voir. C’est la raison pour laquelle nous avons plusieurs projets financés en BOT. C’est-à-dire que c’est l’opérateur qui finance, qui exploite et qui transfère, lorsqu’il a fini de récupérer son argent, si vraiment ça marche, parce qu’il s’agit de partenariat gagnant-gagnant.

Je me réjouis donc que le port se soit donné tous les instruments qui font aujourd’hui que les investisseurs sont très intéressés par l’ensemble des projets portés par le port autonome d’Abidjan.

Partager.

Répondre