fbpx

Entretien : Innocent Belemtougri, Commissaire général du SEMICA

Pinterest LinkedIn Tumblr +

« Nous attendons au SEMICA plus de 3000 participants issus de 56 pays »

 . Initié par BITEL Communication, le 3e Salon international de l’énergie, des mines et des carrières (SEMICA) ouvre ses portes du 29 au 31 mai 2014

. Entretien avec son Commissaire général, Innocent Belemtougri

tinmar 970

AFRIMAG : Comment est née cette initiative d’un salon international consacré à l’énergie aux mines et aux carrières ?

Innocent BELEMTOUGRI

Innocent BELEMTOUGRI, Commissaire Général du SEMICA

Innocent Belemtougri : Le SEMICA est né du constat que malgré les énormes richesses naturelles de notre continent, très peu d’Africains disposent d’informations fiables sur le sujet et les fruits des recherches sont présentés à travers des salons professionnels qui se tiennent hors de l’Afrique. D’où l’idée de doter noter notre continent d’un salon professionnel qui servira de marché international des mines, de l’énergie et des carrières afin de permettre aux investisseurs internationaux de découvrir en un même lieu, plusieurs opportunités d’affaires venant de divers pays. Il est une initiative privée pilotée par de jeunes africains qui croient en leur continent. Que des jeunes africains initient et réussissent, sans aucun financement gouvernemental l’organisation d’un tel évènement répondant aux standards internationaux n’est pas chose aisée. Mais mus par leur engagement à transformer en réalité et dès maintenant le slogan qui dit que l’Afrique est le continent de l’avenir, nous appelons de tous nos vœux les dirigeants africains à avoir confiance en leur jeunesse, à soutenir les initiatives africaines plutôt que celles venant d’ailleurs et à se donner la main pour une émergence globale du continent car nul pays africain à lui seul ne pourra relever le défi de l’émergence.

 La 3e édition a comme thème : « Contribution du secteur minier à l’émergence des Etats de la CEDEAO : Etats des lieux et Perspectives ». Pourquoi ce choix ?

Vous savez, la CEDEAO est une organisation communautaire sous régionale ouest-africaine qui a pour mission de conduire ses Etats membres vers une fusion pour former un seul et même pays. La Commission de la CEDEAO qui est l’organe dirigeant de cette communauté édicte donc des lois comme « la Directive Minière » qui devrait être appliquée par les Etats membres afin de créer un environnement unique et attractif pour les investissements extérieurs au lieu d’une espèce de concurrence à laquelle on assiste entre les Etats ouest-africains pour attirer les investisseurs vers leur pays uniquement. Le 3ème SEMICA entend aborder la question de l’harmonisation de la règlementation minière dans l’espace CEDEAO notamment par la promotion de l’application effective de la Directive Minière qui existe déjà, en attendant de l’améliorer si nécessaire. Le choix du thème de cette année répond aussi au besoin d’aborder de manière claire, le rôle que l’on devrait assigner au secteur minier dans le processus d’émergence des Etats de la CEDEAO quand on sait que ce secteur est un gros pourvoyeur d’emplois et de devises.

Quelles sont les grandes articulations de cette 3e édition et qu’est-ce qui la différencie de la précédente ?

Le 3ème SEMICA se déroulera du 29 au 31 mai 2014 au Centre commercial Laïco Ouaga 2000. Présidé par Son Excellence Monsieur le Premier ministre du Burkina Faso, patronné par son ministre des Mines et de l’énergie, parrainé par le Président de la Chambre des Mines du Burkina et coparrainé par le PDG de Coris Bank International, le 3ème SEMICA connaitra la participation des 15 Etats membres de la CEDEAO, une cérémonie d’ouverture relevée, des conférences thématiques de haut niveau, des sessions-pays, des rencontres d’affaires B to B, une table ronde sur la Directive Minière de la CEDEAO, une grande conférence sur la vision prospective de la Commission de la CEDEAO et une soirée gala de clôture. Nous avons tenu à formaliser une passerelle entre les mondes estudiantin et professionnel en instituant un programme étudiant qui va permettre à 200 jeunes africains de prendre part à la manifestation, à étoffer leurs carnets d’adresses et toucher du doigt les réalités qui seront les leurs à l’issue de leurs formations.

Combien de participants sont attendus à ce troisième rendez-vous ?

Pour ce rendez-vous annuel des acteurs de l’énergie, des mines et des carrières, nous attendons plus de 3000 participants qui viendront d’environ 56 pays du monde.

Après deux éditions, peut-on dire que le SEMICA est devenu un rendez-vous incontournable pour les acteurs de l’énergie et des mines ?

Incontournable ? Rires !!! Rien n’est incontournable dans la vie. Le SEMICA se professionnalise d’édition en édition et entend toujours s’organiser aux standards internationaux bien que se tenant au Burkina Faso. Professionnalisme, intégrité, respect des engagements, crédibilité et sérieux sont les mots qui nous animent pendant l’organisation. Si les participants au SEMICA sont satisfaits, nous le sommes ! Nous avons toutefois des raisons de nous réjouir déjà du fait de la forte mobilisation internationale autour de la manifestation. Cela nous invite à redoubler d’efforts pour faire du SEMICA le rendez- vous par excellence des secteurs mines, énergie et carrières en Afrique.

Partager.

Répondre