Dernières nouvelles
Accueil » A la une » Maroc-Côte d’Ivoire : Un nouvel axe économique est né

Maroc-Côte d’Ivoire : Un nouvel axe économique est né

maroc cote divoireC’est une pluie d’accords et de partenariats que les autorités et les milieux économiques marocains et ivoiriens ont signé lors de la visite officielle au Maroc du président de Côte d’Ivoire Alassane Ouattara les 20 et 21 janvier. Signés en présence du roi Mohammed VI et du président ivoirien, qui était accompagné d’une délégation de 150 hommes d’affaires, ces conventions et accords ont porté sur divers secteurs d’activité : banques, immobilier, ciment, énergie distribution… Ils donnent une impulsion plus grande encore à l’investissement marocain en Côte d’Ivoire où le secteur privé du royaume est déjà fortement présent mais aussi et surtout l’émergence d’un nouvel axe économique.

« Nous devons oser investir au Maroc et vous devez oser investir en Côte d’Ivoire » dixit Nialé Kaba. La ministre ivoirienne de l’Economie et des finances qui a été très sollicitée durant cette visite officielle du président Alassane Ouattara, a été largement entendue.

Rare partenariat entre deux pays n’aura été autant soutenu. En deux jours de rencontre à Marrakech, les alliances ont été quasiment multipliées par deux en l’espace d’une année. Le souverain marocain et son illustre hôte ont réussi à insuffler une grande dynamique à la coopération politique et économique. Dès le premier jour de l’arrivée du président ivoirien, les deux chefs d’Etat ont présidé, au Palais royal de Marrakech, la cérémonie de signature de plusieurs accords de coopération bilatérale dans divers domaines. C’est ainsi que pas moins de 16 accords, mémorandums et autres conventions ont été signés. Ils portent sur les secteurs de l’agriculture, la douane, l’éducation, la santé, l’environnement ainsi que les affaires judiciaires et religieuses. Des accords qui contribueront à renforcer les échanges commerciaux bilatéraux, notamment dans le domaine agricole, puisqu’il a été convenu de créer une plate-forme logistique pour la commercialisation des fruits et légumes marocains à Abidjan.

Parallèlement à ce volet institutionnel qui engage un grand nombre de départements ministériels de part et d’autre, les milieux économiques ont donné aussi un coup pour renforcer les échanges qui sont encore modestes. Pour ce faire, un grand forum économique maroco-ivoirien, « une dynamique de Co-émergence en marche », présidé par les deux chefs d’Etat, a tracé des pistes de coopération. Organisé par la CGEM (Confédération générale des entreprises du Maroc) et la CGECI (Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire), la rencontre a réuni 800 participants dont 150 opérateurs et hommes d’affaires ivoiriens. Il faut dire que la nouvelle dimension de la coopération maroco-ivoirienne ouvre de grandes perspectives aux patrons. «Elle élargit le champ d’intervention des opérateurs économiques à des secteurs variés, traditionnels et émergents, se réjouit la présidente de la CGEM, Miriem Bensalah Chaqroun. Pour la patronne des patrons marocains, si « en 2013 le quart des investissements directs marocains à l’étranger était en Côte d’Ivoire », les secteurs du tourisme, de l’industrie agroalimentaire, pharmaceutique, du textile ou métallurgique seront au cœur de la coopération économique bilatérale. Même son de cloche chez le ministre marocain du Commerce et de l’industrie Moulay Hafid Elalamy, la coopération devrait créer des relations de proximité entre les filières porteuses de complémentarité. Le Maroc et la Côte d’Ivoire, de par leurs situations géographiques et leur potentiel économique sont deux pôles de croissance stratégiques et ont aujourd’hui l’opportunité de s’ériger en hub régional et attirer davantage d’investisseurs internationaux. «Nous avons le devoir de réussir le tandem Rabat-Abidjan qui pourra constituer une sorte de locomotive pour entraîner d’autres pays vers la coopération sud-sud», insiste-t-il. Et de préciser qu’à cet égard « le Maroc, reconnaissant le poids de la Côte d’Ivoire, véritable locomotive de l’Afrique de l’Ouest avec près de 40% du PIB de l’UEMOA, est confiant du rôle qu’elle joue au sein du marché en plein développement, de 80 millions d’habitants ». Kaba Nialé estime que son pays (en construction) a tout à gagner de cette nouvelle coopération.

La Côte d’Ivoire qui n’est sortie de la crise politique qu’en 2011 est fortement soutenue par la communauté internationale, soutien qui a permis de relancer son économie de façons spectaculaire. Elle devrait, selon le FMI, afficher 9,5 % de croissance en 2015. Pour la ministre de l’Economie ivoirienne, l’environnement des affaires dans son pays est en «constante amélioration» ces trois dernières années. Ce n’est donc pas un hasard si la Côte d’Ivoire est classée parmi les 10 pays les plus réformateurs du monde. Représentant du secteur privé ivoirien, Jean Kacou Diagou, président de la CGECI, a affirmé que si les échanges commerciaux entre son pays et le Maroc enregistrent actuellement un déficit en faveur de ce dernier, les prochaines réunions entre les patronats des deux pays essayeront d’apporter « des mesures correctives » pour établir un équilibre. Rappelons que le volume global des échanges entre les deux pays est passé de près de 680 millions de dirhams (environ 63 millions d’euros) en 2010 à 1,1 milliard en 2013 (102 millions d’euros), avec une balance largement excédentaire en faveur du Maroc qui importe de la Côte d’Ivoire les bananes fraîches, le bois, le café, le caoutchouc, le coton et divers produits d’origine minérale. Les importations ivoiriennes du Maroc sont constituées de chaussures, de conserves de légumes et de poissons, des engrais, des fils et câbles électriques et de produits de parfumerie.

Financement d’infrastructures publiques

Il faut souligner qu’au forum économique de Marrakech, les participants en étaient convaincus de leur capacité à placer cette coopération sud-sud à un niveau qui se veut comme modèle. En témoigne le nombre de conventions et d’accords portés par les entreprises publiques et privées, qui ont été signés ce jour-là pour appuyer le volet institutionnel. «Aujourd’hui, ce ne sont plus uniquement les grandes entreprises qui s’intéressent à la Côte d’Ivoire, des PME souhaitent aussi accompagner cette dynamique», souligne Miriem Bensalah Chaqroun. Les banques marocaines qui ont promis d’accompagner toute PME ou grande entreprise souhaitant investir dans en Côte d’Ivoire, l’ont prouvé à Marrakech. Deuxième secteur très présent en Côte d’Ivoire, le secteur bancaire marocain avec des établissements comme la Banque Centrale Populaire, la BMCE Bank et Attijariwafa bank, se sont engagés sur des financements d’infrastructures de grande envergure avec le gouvernement ivoirien. Il s’agit de la création d’un fonds de développement des infrastructures industrielles. Le groupe BMCE Bank et sa filiale africaine Bank Of Africa (BOA), représentée par Othman Benjelloun, Président du Groupe, s’est engagé sur le financement de 3.000 classes à hauteur de 54 milliards de FCFA et sur une convention pour l’émission obligataire de 50 milliards de FCFA. Enfin, la Banque Centrale Populaire (BCP) et sa filiale Banque Atlantique, représenté par le PDG du Groupe, Mohamed Benchaaboun, a paraphé une convention pour la contribution de sa banque au financement du budget de l’Etat ivoirien en plus de la réalisation et l’aménagement des infrastructures de transport lagunaire. La Banque populaire va financer le bloc pétrolier CI-27, – relatif à l’intensification de l’exploration et de la production dans le bassin sédimentaire ivoirien-, et préfinancer des travaux de réhabilitation de l’agence nationale du service universel des télécommunications. BCP financera également les projets d’Holmarcom via sa filiale ivoirienne Atlantique Banque.

A coté des banques, les promoteurs immobiliers ne sont pas en reste. En témoigne le nombre impressionnant de conventions conclues, en marge du forum. Déjà présent en Côte d’Ivoire, le groupe Addoha prévoit de renforcer ses projets et Anas Sefrioui, son PDG, a conclu un partenariat avec le gouvernement ivoirien relatif aux constructions de logements sociaux. Le leader marocain de l’immobilier, s’est aussi engagé à l’accession à la propriété aux fonctionnaires de l’Etat ivoirien. Anas Sefrioui, également PDG de Ciments de l’Afrique (CIMAF), a signé un accord visant à doubler la capacité de production de son usine d’Abidjan passant de 500.000 tonnes aujourd’hui à 1 million de tonnes par an. Alami Lazrak, Président du groupe Alliances, a de son côté signé un protocole d’accord avec la société ivoirienne de construction et de gestion immobilière. Toujours dans le logement, le groupe Palmeraie développement a conclu un protocole d’accord de financement pour la réalisation de 6.000 logements à Abidjan pour 1,2 milliard de dirhams, soit 111millions d’euros en partenariat -pour le financement- avec le Groupe BMCE Bank/ BOA.

Dans la ligne de mire, la grande distribution

Le secteur de la grande distribution en Côte d’Ivoire avec en toile de fonds les pays de l’UEMOA intéresse les opérateurs marocains. Si Marjane Holding est annoncé, c’est Retail Holding (Groupe Label’Vie…) qui est le premier à franchir le pas. Retail Holding, à travers son PDG, Zouhair Bennani, a signé une convention de financement de prise de participation dans le capital de la Compagnie de distribution de Côte d’Ivoire (CDCI). Ils seront soutenus en matière de financement par BMCE Bank. Côté industrie, le projet de Zarah Holding (Dindy) qui a conclu un mémorandum d’entente pour le développement d’une filiale d’alimentation animale. Il a été signé par Siham Benhamane, Directeur général de Zalagh Holding et Souleymane Diarrassouba, président du Conseil d’administration d’Atlantique Banque internationale et Jean Marie Ackah, président du Conseil d’administration de la Société ivoirienne de production animale. En revanche, Fenie Brossette qui est déjà présente sur le marché ivoirien compte procéder à l’extension de la représentation de l’ensemble de ses métiers aux autres pays de l’espace de l’UEMOA. Elle a ainsi signé dans ce sens un mémorandum d’entente avec le groupe Attijariwafa Bank.

 

Quelques accords de partenariat public/privé et privé/privé signés

  • Convention de partenariat entre le gouvernement de la République de Côte d’Ivoire et le Groupe de la Banque Centrale Populaire relative au préfinancement des travaux de réhabilitation du siège de l’Agence nationale du service universel des télécommunications (ANSULT), signée par Mohamed Benchaaboun, PDG de la Banque centrale populaire et Nialé Kaba, ministre auprès du Premier ministre ivoirien chargée de l’Economie et des finances.
  • Convention de partenariat entre le gouvernement de la République de Côte d’Ivoire et le Groupe de la Banque Centrale Populaire relative au financement de la concession, la réalisation, l’aménagement et l’exploitation d’infrastructures de transport lagunaire (CITRANS), signée par Mohamed Benchaaboun et Nialé Kaba.
  • Convention de partenariat entre le gouvernement de la République de Côte d’Ivoire et le Groupe de la Banque Centrale populaire relative au financement partiel du Programme d’investissement sur le bloc pétrolier CI-27, signée par Mohamed Benchaaboun et Nialé Kaba.
  • Convention de partenariat entre le gouvernement de la République de Côte d’Ivoire, le Groupe Attijariwafa Bank et le Groupe de la Banque Centrale Populaire relative au fonds de développement des infrastructures industrielles projet FODI, signée par Mohamed Benchaaboun, Mohamed El Kettani, PDG d’Attijariwafa Bank et Nialé Kaba.
  • Convention de partenariat entre le gouvernement de la République de Côte d’Ivoire, le Groupe de la Banque Centrale Populaire et Douja promotion-Groupe Addoha relative à la construction de logements sociaux, signée par Mohamed Benchaaboun, Anas Sefrioui, PDG du Groupe Addoha et Nialé Kaba.
  • Mémorandum d’entente entre le gouvernement de la République de Côte d’Ivoire, le Groupe Addoha et Attijariwafa Bank relatif au financement de l’accession à la propriété des fonctionnaires de l’Etat de Côte d’Ivoire, signée par Anas Sefrioui, Mohamed El Kettani et Nialé Kaba.
  • Convention de partenariat entre le gouvernement de la République de Côte d’Ivoire et le groupe Attijariwafa Bank relative à l’accès au marché de la finance islamique, signée par M. Mohamed El Kettani et Mme Nialé Kaba.
  • Convention de financement d’un projet de construction de 3.000 classes scolaires à hauteur de 54 milliards FCFA, signée par Othmane Benjelloun, PDG du Groupe BMCE/ Bank Of Africa et Nialé Kaba.
  • Convention pour l’émission d’un emprunt obligataire de 50 milliards de FCFA, signée par Othmane Benjelloun et Nialé Kaba.
  • Convention pour la contribution au financement du budget de l’Etat de Côte d’Ivoire, signée par Mohamed Benchaaboun, président directeur général d’Atlantique Banque et Nialé Kaba.
  • Mémorandum d’entente entre la société de Gestion des stocks pétroliers de Côte d’Ivoire (GESTOCI) et le Groupe Attijariwafa Bank relatif au conseil et à l’accompagnement de GESTOCI, signé par Mohamed El Kettani et Doumbia Brahima, Directeur général de GESTOCI.
  • Protocole d’accord entre Alliances Côte d’Ivoire et la Société ivoirienne de construction et de gestion immobilière (SICOGI), signé par Alami Nafakh Lazrak, PDG d’Alliances Côte d’Ivoire et Loukimane Camara, Directeur général de la Société ivoirienne de construction et de gestion immobilière.
  • Protocole d’engagement entre le Centre de promotion des investissements en Côte d’Ivoire (CEPICI) et la Société Ciments de l’Afrique (CIMAF SA), signé par Anas Sefrioui, PDG de Ciments de l’Afrique et Esmel Emmanuel Essis, Directeur général du CEPICI.
  • Mémorandum d’entente entre Fenie Brossette Côte d’Ivoire (Groupe SOMED) et le Groupe Attijariwafa Bank relatif à l’extension de la représentation de l’ensemble des métiers de Fenie Brossette aux autres pays de l’UEMOA, signé par Mohamed El Kettani et Tarafa Marouane, Administrateur général Fenie Brossette Côte d’Ivoire.
  • Convention de financement d’un investissement de prise de participation dans le capital de la Compagnie de distribution de Côte d’Ivoire CDCI pour le développement de grandes surfaces dans la région de l’UEMOA, signée par Zouhair Bennani, PDG du groupe Label Vie, Mohamed El Kettani et Yasser Azzedine, PDG de la Compagnie de distribution de Côte d’Ivoire.
  • Convention de financement pour la construction de 6.000 logements sociaux, signée par Hicham Berrada, PDG du Groupe Palmeraie Développement et Othmane Benjelloun.
  • Mémorandum d’entente pour le développement d’une filiale d’alimentation animale, signé par Siham Benhamane, Directeur général de Zalagh Holding et Souleymane Diarrassouba, président du Conseil d’administration Atlantique Banque Internationale et Jean Marie Ackah, président du Conseil d’administration de la Société ivoirienne de production animale.
  • Convention de financement des projets de Holmarcom en Côte d’Ivoire, signé par Mohamed Hassan Bensaleh, président du groupe Holmarcom et Mohamed Benchaaboun, PDG d’Atlantique Banque.
  • Convention de financement des projets du Groupe Label’Vie en Côte d’Ivoire, signé par Zouhair Bennani et Mohamed Benchaaboun.
  • Convention cadre de coopération entre le Groupe Best financière, la Compagnie de distribution de Côte d’Ivoire et Bank Of Africa Côte d’Ivoire, signé par Othmane Benjelloun, Zouhair Bennani, PDG du groupe Best financière, et Yasser Azzedine, PDG de la Compagnie de distribution de Côte d’Ivoire.

 

Par Mouhammadou Diop et Anthioumane D. Tandia

Accords bilatéraux Diplomatie Diplomatie économique

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Impulse