fbpx

Nigeria : Dangote annonce une série de projets de classe mondiale

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Grâce à un investissement global de l’ordre de 12 milliards de dollars, le groupe d’Aliko Dangote, le magnat nigérian du ciment et de l’agroalimentaire, annonce une série de projets de classe mondiale et dont certains battent des records, non pas en Afrique, mais carrément à l’échelle de la planète.

Raffinerie de pétrole, usine de fertilisants, unité de production de polypropylène… Aliko Dangote, et son groupe, est sur tous les fronts. Après être devenu l’un des plus gros producteurs de ciments au monde, avec près de 50 millions de tonnes par an, le magnat des affaires compte s’attaquer aux secteurs pétrochimiques avec des projets fous.
Il a lancé la construction de Dangote Petroleum Refinery qui, comme son nom l’indique, est une raffinerie d’hydrocarbure. Mais, pas n’importe laquelle, puisqu’il s’agira de la plus grande à train unique au monde, avec une capacité de 650.000 barils par jour, soit une installation capable de traiter l’équivalent du quart, voire du tiers de la production journalière nigériane actuelle de pétrole.

Usine d’engrais, de polypropylène, centrale électrique…

A cette raffinerie, seront adjointes une usine de polypropylène d’une capacité de 838 mille tonnes par an, mais aussi et surtout, la deuxième plus grande usine d’urée au monde d’une capacité de 3 millions de tonnes par an.

Et comme si ces superlatifs ne suffisaient pas, Dangote annonce aussi la mise en place de la plus grande infrastructure de pipelines sous-marines au monde avec 1100 km pour le traitement de 3 milliards de PCS de gaz par jour, sachant qu’un PCS correspond à l’énergie consumée par un mètre cube de gaz brûlée jadis dans les torchers du Golfe de Guinée.

A cela s’ajoutent des stations de traitement de gaz de classe mondiale, Une centrale électrique d’une capacité installée de 480 MW au sein de la raffinerie et du complexe d’engrais et enfin une usine de polyéthylène de 500.000 tonnes par an. Autant de chiffres qui donnent le tournis aux observateurs du monde entier, mais aussi et surtout tous ceux qui vivaient de la réexportation du pétrole nigérian vers ce pays une fois raffiné.

Partager.

Répondre