fbpx

Notation souveraine : Fitch Ratings porte l’estocade au Ghana

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Kenneth Ofori Atta, ministre de l’Economie et des finances du Ghana 

Comme il fallait s’y attendre, dans la foulée de la décision de S&P Global Ratings, l’agence de notation financière Fitch Ratings a également dégradé la notation souveraine du Trésor ghanéen hier mercredi 10 août.

La dette publique du Ghana relève désormais de la catégorie «spéculative», ce qui signifie qu’à terme, la capacité du Trésor ghanéen à faire face à ses obligations envers ses créanciers est désormais incertaine. Moody’s, troisième acteur majeur de l’oligopole mondial de la notation financière ne devrait pas tarder également à revoir son rating sur le Ghana. Ce qui se traduira automatiquement par une augmentation de la prime de risque adossée aux emprunts de l’Etat. Par ailleurs, tous les établissements et entreprises publiques vont voir aussi leur note abaissée, celle-ci étant liée à celle du Trésor comme dans tous les pays.

Accra, jadis cité en exemple par les organisations de Bretton-Woods, fait face en effet à de grosses difficultés économiques et budgétaires en plus d’un déficit jamais vu de la balance des opérations courantes. L’inflation tirée en partie par la flambée des prix pétroliers et alimentaires, est au sommet, à 29,8% à fin juin 2022. La monnaie nationale, le Cedis, s’est effondrée face au dollar. La banque centrale semble dépassée par les évènements après avoir relevé ses taux directeurs à des niveaux historiques bien au-delà de 30%.

Partager.

Répondre

Retrouvez nous sur Facebook !