Dernières nouvelles
Accueil » A la une » SYMPHOS 2019 : Ouverture sur les engrais spéciaux et les fertilisants du futur

SYMPHOS 2019 : Ouverture sur les engrais spéciaux et les fertilisants du futur

L’Université MohammedVI Polytechnique accueille du 7 au 9 octobre 2019 la 5ème édition du Symphos (Symposium international sur l’innovation et la technologie dans l’industrie des phosphates). Cette rencontre est placée sous le thème :”Les technologies innovantes et disruptives pour une industrie du phosphate durable.” Le Symphos 2019 introduit de nouveaux dispositifs : la digitalisation, l’intelligence artificielle et l’économie circulaire.

7 octobre , l’ouverture de la 5ème édition du Symphos 2019 à l’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguérir

7 octobre , l’ouverture de la 5ème édition du Symphos 2019 à l’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguérir

Les technologies innovantes et disruptives pour une industrie du phosphate durable, ont été au cœur de la cinquième édition du Symphos 2019 du 7 au 9 octobre à l’Université Mohammed VI Polytechnique de  Benguérir (UM6P). Cette édition a procédé à une véritable radioscopie de l’innovation autour de l’industrie des phosphates à travers les nouvelles solutions et tendances en matière de valorisation de la roche et de ses dérivés. La recherche et les perspectives de développement du secteur sont également mises en avant par des rencontres et échanges qui ont réuni quelque 1000 participants, constitués de grands acteurs mondiaux de l’industrie des phosphates et dérivés tels que les producteurs, des bureaux d’étude et d’ingénierie, des fabricants et fournisseurs d’équipements,… des cabinets de conseil et associations de l’industrie phosphatière et du secteur agricole, des universitaires et scientifiques. Ils viennent d’une quarantaine de pays. Pour marquer le tempo, un intervenant du Groupe OCP a bien cadré dans un panel le nouvel objectif de l’industrie du phosphate : “la digitalisation du processus d’extraction de la roche phosphatée, aidée en cela par l’intelligence artificielle, permettra d’améliorer significativement la nouvelle méthode de produire. L’industrie du phosphate ne peut pas échapper à cette évolution technologique”.

Le Groupe OCP et l’UM6P qui co-organisent cet événement, ont choisi de l’inscrire dans la continuité des quatre éditions précédentes (2011, 2013, 2015 et 2017). Cette 5ème édition s’est ouverte davantage sur la biotechnologie et l’agriculture de demain, les engrais spéciaux et les fertilisants du futur, l’optimisation des ressources… Un choix qui n’est pas fortuit puisque le Groupe OCP, friand de technologie, a compris que l’innovation constitue un des principaux leviers pour une exploitation raisonnée et pérenne des réserves phosphatières. Ce qui témoigne de son engagement pour une agriculture durable et prospère à travers le monde. Il fait ainsi de l’Afrique son défi, d’abord pour assurer la sécurité alimentaire du continent qui compte au moins 60% des terres arables répertoriées dans le monde.

L’Afrique subsaharienne, par exemple, possède le taux d’utilisation d’engrais le plus faible au monde, soit entre 10 et 15 kg à l’hectare, ce qui impacte négativement les rendements agricoles. Cela représente environ 10% de la moyenne mondiale. La bonne nouvelle est que depuis 2008, on constate une augmentation de l’utilisation des engrais. Mais, les résultats restent très éloignés des objectifs ambitieux fixés en 2006 par les chefs d’États africains, soit 50 kg à l’hectare. Aujourd’hui, cette région est à moins du tiers de l’objectif. Autrement dit, l’Afrique subsaharienne représente 2% de la consommation mondiale d’engrais pour 20% de la population mondiale. C’est dire les enjeux en matière de sécurité alimentaire. Les principaux pays consommateurs outre l’Afrique du Sud (pays qui est dans la moyenne mondiale) sont surtout l’Ethiopie, le Nigeria et le Kenya. Les autres marchés sont peu développés pour des raisons de prix, mais surtout de logistique et de formation.

Gain de productivité

Symphos ALe continent africain gagnerait doublement à développer la consommation d’engrais pour augmenter le rendement de ses sols. Mais qui dit Afrique dit une diversité de sols et à chaque terre ses spécificités et les producteurs ont désormais la responsabilité de trouver des solutions permettant d’accroître le rendement des surfaces d’une manière plus efficace. En fédérant la communauté mondiale des phosphates pour partager expertises, compétences et expériences, Symphos vise un double objectif : contribuer à faire émerger les idées de demain, à même de relever les grands défis de la préservation des sols et des ressources, pour une agriculture durable et tirer des leçons en stratégie mises en œuvre dans d’autres secteurs.

Pour la première fois, producteurs, négociants, distributeurs et détaillants d’engrais en Afrique se sont retrouvés à Benguérir pour identifier les meilleures pistes et utilisations des engrais. Le choix du Maroc n’est pas un hasard pour accueillir, le pays recèle les plus grandes quantités de phosphates au monde. Et l’OCP dispose de 500 années de réserves d’exploitation.

Engrais OCP

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Impulse