fbpx

Afrique du Nord : Les prévisions du FMI pour 2021 et 2022

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Pour l’année en cours, les pays d’Afrique du Nord évolueront en ordre dispersé, avec des fortes croissances prévues pour au moins deux d’entre eux, alors que les autres continueront de connaître une situation morose, selon le Fonds monétaire international.

Ce sont des perspectives « extraordinairement incertaines » auxquelles les pays d’Afrique du Nord sont confrontées, selon les experts du FMI dans leurs prévisions consacrées à cette partie du monde. En effet, le Maroc et l’Egypte tiennent le haut du pavé, là où l’Algérie reste dans le doute.
Le géant égyptien, avec ses 100 millions d’habitants, poursuivra sa croissance en 2021 avec une hausse du PIB de 2,5% par rapport à l’année précédente. Le FMI prévoit même une croissance de 5,7% en 2022 pour ce pays qui fait partie des rares au monde à avoir vu s’améliorer leur PIB avec 3,2%.

Pour le Maroc, l’année en cours devrait se solder par une croissance de 4,5% et 2022 par une hausse de 3,9% du PIB, de quoi faire oublier la récession de 7% de 2020.
La Tunisie a été très pénalisée par son tourisme en berne et la chute de ses exportations vers l’Europe, son premier client, en 2020 (-8,8%). Elle pourrait voir son activité redémarrer en 2021 (+3,8%) et en 2022 (+2,4%), mais même avec de telle performance le PIB restera à un niveau largement inférieur à celui de fin 2019. De plus, la reprise de la pandémie dans ce pays de 12 millions d’habitants fait planer la menace d’une nouvelle année difficile.
Enfin, concernant l’Algérie, l’économie du pays trop dépendante des hydrocarbures ne pourra malheureusement pas se redresser qu’avec la reprise prolongée des cours du pétrole. Après avoir vu son PIB reculer de 6% en 2020, la situation restera morose avec une faible reprise en 2021 et 2022.


Partager.

Répondre