fbpx

Afrique : Le G7 prévoit une enveloppe de 80 milliards USD pour le secteur privé

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Prévu pour une durée de cinq ans, l’appui du G7 devrait créer et stimuler des emplois, booster la croissance, afin réduire la pauvreté et les impacts du Covid-19

Les institutions de financement du développement (Development Finance Institutions – DFI) du G7, la SFI, la filiale de la Banque africaine de développement dédiée au secteur privé, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et la Banque européenne d’investissement (BEI) ont annoncé leur intention de mobiliser les fonds. Il s’agit de relancer le secteur privé africain lors des cinq prochaines années afin de soutenir la reprise économique et impacter sur la croissance durable en Afrique. Cette annonce constitue un engagement important pour soutenir les objectifs de développement à long terme des économies africaines affectées par la crise de Covid-19.

Un communiqué conjoint de Proparco et CDC Group précise que c’est la première fois que les institutions de financement du développement du G7 se réunissent pour prendre un engagement partenarial collectif envers le continent africain. Pour le FMI, l’Afrique subsaharienne a besoin d’un financement supplémentaire d’environ 425 milliards de dollars d’ici à 2025 pour contribuer à renforcer la lutte contre la pandémie et réduire ses impacts.

Nick O’Donohoe, Directeur général de CDC Group, a déclaré que «Le capital patient et de grande qualité que fournissent les institutions de financement du développement est nécessaire et urgent pour que les économies africaines puissent commencer à se reconstruire rapidement après l’impact de la pandémie ».

De son côté, le groupe  Proparco est par conséquent très fier de participer à cet effort historique pour accroître le soutien des DFIs au secteur privé africain, qui a démontré sa capacité à créer des emplois, à lutter contre le changement climatique et à améliorer l’accès aux biens et services essentiels.

Pour Makhtar Diop, Directeur général de l’IFC, le secteur privé jouera un rôle majeur dans le financement de l’avenir de l’Afrique : il y aura la création de millions d’emplois qui sont essentiels pour assurer une croissance économique soutenue et la réduction de la pauvreté.

Pour rappel, le groupe des DFIs du G7 est composé de Porpacro (France), CDC Group (Royaume-Uni), JICA et IBIC (Japon), DFC (Etats-Unis), FinDev (Canada), CDP (Italie) entre autres. Cet engagement de financement du secteur privé africain est également soutenu par l’IFC, la BAD, la BERD, et la BEI.

Partager.

Répondre