fbpx

Afrique du Sud : une contraction de 3% de l’économie attendue suite aux émeutes

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Suite aux émeutes ayant fait quelque 215 morts en une dizaine de jours, la croissance sera sérieusement compromise, selon la banque d’affaires de Wall Street JP Morgan. L’économie connaîtra une contraction de 3% au troisième trimestre, alors qu’elle commençait à se remettre petit à petit de la crise.

Les émeutes de juillet, suite à l’emprisonnement de l’ex-président Jacob Zuma, sont la pire chose qui pouvait arriver à l’Afrique du Sud après l’impact désastreux du Covid-19 qui avait causé un effondrement de l’économie. En effet, selon JP Morgan, le troisième trimestre connaîtra un repli de 3% du PIB de la désormais troisième économie du continent, après que l’Egypte l’ait dépassée l’année dernière.

Suite à l’emprisonnement de Jacob Zuma, des émeutes ont éclaté dans plusieurs régions de la Nation arc-en-ciel, qui possède encore l’économie la plus industrialisée du continent. Des centaines d’entreprises ont été complètement détruites dans ces émeutes qui ont causé quelque 215 morts, au point où le président Cyril Ramaphosa les a qualifiés de pires évènements de l’Afrique du Sud post-apartheid.
C’est pourquoi la banque d’affaires américaine a révisé ses prévisions sur le pays, car « la vague de violences et de pillages a secoué le Gauteng et le Kwazulu Natal (KZN), deux provinces qui représentent plus de la moitié du PIB de l’Afrique du Sud », a déclaré Sonja Keller dans une note aux clients de JP Morgan.

« La perturbation de la chaîne d’approvisionnement est également de plus en plus évidente, alors que la filiale portuaire de la société publique de logistique, Transnet, et la plus grande raffinerie de pétrole brut du pays, Sapref, ont temporairement suspendu leurs activités au KwaZulu Natal, risquant de freiner les exportations de produits frais », poursuit-elle.

Sur l’année, la croissance devrait se situer à 4,5% désormais contre 4,9% dans la précédente prévision de JP Morgan qui reste d’ailleurs assez opimiste, puisque la Deutsche Bank avait estimé que les émeutes pourraient réduire de 0,8% la croissance économique sud-africaie cette année.

Partager.

Répondre