fbpx

Le Cameroun sous pression du FMI

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Louis Paul Motazé, ministre des Finances 


Le ministre des Finances camerounais, Louis Paul Motazé a signé le 6 juillet 2022 une circulaire régissant les contrats de performance entre l’État et les entreprises publiques.

Ce document est assorti d’un chronogramme révélant qu’à compter du 1er janvier 2023, et ce jusqu’au 31 décembre 2024, toutes les entreprises et tous les établissements du portefeuille du Trésor seront mis sous contrats de performance.

Le gouvernement se met ainsi en conformité avec un engagement auprès du FMI, lors des négociations relatives au programme économique et financier triennal (2021-2024) actuellement en cours de mise en oeuvre. «Ces contrats de performance doivent préciser les obligations de service public, les coûts unitaires (comme base de versement des subventions) et les indicateurs mesurables requis de volume de production et qualité de service», suggère d’ailleurs le Fonds dans un rapport cité par l’agence Ecofin.

En effet, pour le FMI, en plus de produire de «piètres résultats», les établissements et entreprises publics au Cameroun sont des gouffres financiers, dans la mesure où ils reçoivent régulièrement d’importantes subventions et de la trésorerie de l’État, sans obligation de résultat.

Partager.

Répondre