fbpx

Interview : Patrick D’Hoore, Directeur général de Radisson Blu M’bamou

Pinterest LinkedIn Tumblr +
Il  emploie aujourd’hui 250 personnes, a placé la promotion des jeunes talents congolais au cœur de sa politique de recrutement et a noué un partenariat avec la Fondation Perspectives d’Avenir pour l’aider à insérer les jeunes formés.

 

AFRIMAG : Radisson Blu M’bamou travaille-t-il en collaboration avec la Fondation Perspectives d’Avenir pour la formation et l’emploi des jeunes congolais dans les secteurs de l’hôtellerie et du tourisme ?

tinmar 970

Patrick D’Hoore : Le Radisson Blu M’Bamou Palace Hotel de Brazzaville créé des emplois: plus de 250 collaborateurs embauchés dans ce pays où le chômage des jeunes règne ainsi que des emplois indirects en travaillant avec des fournisseurs locaux. Cet hôtel joue donc un rôle important dans la redynamisation du tissu socio-économique du Congo. 

De plus, nous avons soutenu la Fondation Perspectives d’Avenir depuis son commencement dans cette initiative de formation des jeunes dans le domaine hôtelier. Pour le Groupe Carlson Rezidor, dont Radisson Blu fait partie, le développement des talents est très important et représente l’un des quatre piliers de notre stratégie d’entreprise.

Concrètement qu’est-ce qui a été fait en direction des jeunes que vous accueillez en formation ?

Pour le moment, nous employons 25 stagiaires qui sortent de la formation hôtelière de la Fondation Perspectives d’Avenir. Ils ont ensuite suivi, en interne, le même parcours de formation que tous les employés du Radisson Blu : la journée d’induction où nous expliquons ce qu’est le Groupe Carlson Rezidor, avec nos différentes marques comme Radisson Blu, Radisson Red, Park-Inn, Quorvus … Pendant cette journée d’induction, nous expliquons aussi le fonctionnement de notre propre hôtel, les types de chambres et, le plus important, la sécurité mise en place dans l’hôtel pour nos clients et notre personnel. 

Nous dédions une autre journée de formation à notre philosophie « Yes I Can ! » où l’on apprend l’importance de fournir un service de qualité et de créer des moments inoubliables pour tous nos clients. 

La troisième formation donnée en interne est le « Responsible Business ». Le but de ce programme, actif depuis 2001 dans tous les hôtels du Groupe Carlson Rezidor, est de réduire l’impact négatif du changement climatique sur la planète, penser au bien-être de nos clients et employés et travailler avec des associations locales pour venir en aide à la communauté.

La Fondation Perspectives d’Avenir a lancé des formations initiales et qualifiantes dans les métiers de l’hôtellerie et de la restauration. Le professionnel que vous êtes, quel degré d’appréciation portez-vous à ce genre d’initiatives ?

Nous encourageons ces initiatives et nous serons un partenaire fidèle. Mieux encore, il serait judicieux de créer une école hôtelière pour former de vrais spécialistes de l’hôtellerie. Il faut être honnête, le métier ne s’apprend pas en un mois … 

Au-delà de la formation que vous dispensez déjà, comment votre Groupe, devenu mondial, pourrait-il être au cœur de cette stratégie de la Fondation de faire de l’insertion et de la réinsertion des jeunes sa marque de fabrique ? 

Comme je vous ai expliqué nous avons une stratégie d’entreprise, celle des 4D : 

– Develop Talent (développer les talents)

– Delight our Guest (créer des moments inoubliables pour nos clients)

– Drive the Business (générer du chiffre d’affaires)

– Deliver result (dégager du résultat pour nos propriétaires et actionnaires)

Développer les talents est le futur de toute société qui espère avoir un bel avenir. Notre stratégie est de commencer à la base, la formation. Nous avons différentes opportunités et des programmes pour accompagner nos talents en devenir, nos futurs directeurs généraux. 

Je vais clôturer cette interview avec une anecdote où le Directeur financier me faisait part de son inquiétude concernant les dépenses en formations internes et le fait que nos employés, une fois formés pouvaient partir à la concurrence. Je lui ai répondu : « imagine que nous ne développons pas nos talents et qu’ils restent chez nous … ». 

Partager.

Répondre