fbpx

La Fondation Perspectives d’Avenir, 5 ans et déjà une formidable histoire…

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La Fondation Perspectives d’Avenir (FPA) voit encore plus grand pour la jeunesse congolaise.

Créée en 2012 par Denis Christel Sassou N’Guesso, la FPA qui met un accent particulier sur les jeunes congolais issus des milieux défavorisés, ambitionne de s’inscrire dans la construction de l’émergence économique et sociale en agissant principalement sur les leviers du capital humain, du civisme…

A titre d’exemple, la FPA a fait de l’octroi des bourses universitaires à des étudiants méritants dans les filières scientifiques, une priorité.

Ce 12 février 2016, cette fondation d’intérêt public voit encore plus grand pour la jeunesse congolaise : elle inaugure son siège flambant neuf qui est à l’antipode de ses anciens locaux de par leur exiguïté mais aussi leur emplacement. L’Institution ambitionne de devenir le premier véritable think-tank au service du Congo, étrennant ce nouveau site en plein centre de Brazzaville, pour jouer encore plus la carte de la proximité.

Nouveau paradigme

La Fondation Perspectives d’Avenir ne s’en cache pas : son objectif aujourd’hui est d’encourager les jeunes à aller vers les formations scientifiques et techniques. D’ailleurs, c’est cette catégorie qui bénéficie de ses bourses pour entreprendre des études avec des retombées immédiates pour l’entreprise et le pays. Il faut dire qu’il devient de plus en plus difficile d’insérer les diplômés des lettres ou autre formation du genre. Pour autant, il tient à les accompagner. C’est ainsi qu’il leur a dédié un fonds de microcrédit pour les appuyer dans leur projet de création d’entreprise. Dans le domaine de la santé, la fondation a mis en place des cliniques mobiles pour offrir des soins aux familles précaires et celles dans les zones rurales. La FPA intervient également dans la pratique de sport.

Mais, au-delà du fait qu’elle se consacre prioritairement au développement de l’éducation et de la formation en mettant un accent tout particulier sur le soutien à l’insertion et la réinsertion des jeunes congolais issus des milieux défavorisés, des jeunes hors du système scolaire et des diplômés vivant à l’étranger, dans les secteurs indispensables à l’émergence du Congo, la Fondation Perspectives d’Avenir se présente d’abord comme un centre d’impulsion pour la jeunesse. En ces temps de scepticisme généralisé dans le monde entier, ses remarquables performances démontrent que tout est possible dès lors qu’on y croit et qu’on est à même de donner le meilleur de soi pour faire prendre corps à une idée. «Une jeunesse qualifiée et solidaire au service d’un Congo émergent», nous dit Abraham Rock Okoko Esseau, ancien haut fonctionnaire à l’Union africaine et Directeur exécutif de la FPA, pour mettre en œuvre sa vision d’un Congo qui avance à travers une meilleure partition des ressources.

Des mesures ont sans doute été prises, depuis des années, pour améliorer cette situation. Mais il convenait de faire mieux pour arriver à imprimer un processus plus qualifiant et plus opératoire dans ce domaine. C’est plus qu’un programme. C’est toute une philosophie. Fondée sur une vision globale et intégrée du développement social et humain, la Fondation vise la lutte contre les déficits sociaux.

Denis Christel Sassou Nguesso

Denis Christel Sassou Nguesso, Fondateur de FPA

L’une de ses particularités réside dans le fait que l’initiative se propose également de renforcer l’action de l’Etat et des collectivités locales sans pour autant se substituer aux programmes et politiques publiques des départements ministériels ou aux plans de développement économique et social des collectivités locales. « Nous ne sommes pas en concurrence avec l’Etat mais travaillons de concert à travers le système de partenariat public privé (PPP). Dans ce cadre, nous avons signé un accord avec le ministère de la Santé, le ministère de l’Enseignement supérieur, de l’Enseignement primaire et secondaire, technique et de la formation qualifiante »,ajoute le Directeur exécutif de la Fondation. De cette vision, la FPA encourage des étudiants méritants dans les filières scientifiques en leur accordant des bourses. La fondation vise les managers leaders de demain en mesure de devenir le socle d’un entreprenariat local pour la transformation structurelle de l’économie congolaise dans la prochaine décennie. Encore, faudrait-il, pour réussir ce pari, mettre en place des outils probants comme la formation professionnelle, la formation qualifiante, une passerelle entre formation qualifiante et formation professionnelle… Ine fine, encourager le programme de l’employabilité des jeunes. Mieux encore, il s’agira d’imaginer les meilleurs outils de financement pour accompagner les projets bancables d’une nouvelle catégorie d’entrepreneurs capables de tirer l’économie et la société congolaise vers le haut.

Deux nouveaux fonds en appoint

Jusque-là, la Fondation Perspectives d’Avenir est financée par les fonds propres de son Président, Denis Christel Sassou N’Guesso. Son réseau y contribue également en apportant des ressources additionnelles. La Fondation s’est engagée dans une politique de durabilité financière à travers une forme de financement participatif. Le lancement des deux fonds est imminent :

  • Kelasi (étude en langue lingala) pour renforcer la formation des jeunes dans les différentes universités où ils seront appelés à poursuivre leurs études.
  • Telama (lève-toi et marche en langue lari). Ce fonds sera dédié pour encourager l’esprit d’initiative dans la création d’entreprise

.

Mais pour le Fondation Perspectives d’Avenir, l’adéquation formation-emploi est incontournable: c’est la clé de voûte pour tout progrès escompté. Ainsi, l’Institution veut préparer les jeunes congolais à pouvoir acquérir de nouvelles compétences, un nouveau savoir-faire pour pouvoir évoluer dans un monde moderne, devenu complexe.

Outre les programmes initiés par la FPA pour donner de la visibilité aux étudiants, les orienter et leur montrer les possibilités qui s’ouvrent à eux (voir encadré), la Fondation étudie de nombreuses possibilités en matière de formation professionnelle, des ponts à développer entre les écoles et les entreprises, pour parfaire la formation des étudiants et leur permettre une insertion réussie dans le monde du travail. A cet égard, la Fondation Perspectives d’Avenir a intéressé 15 étudiants aux métiers du bois. Ils sont encadrés et suivis par la CIB OLAM, filiale de la multinationale singapourienne OLAM. Dans la même démarche, la FPA a lancé une formation qualifiante dans les métiers de l’hôtellerie. Il faut dire qu’en le domaine, elle ne ménage aucun effort pour réaliser cet objectif. Dans ce secteur, elle s’est rapprochée du Maroc qui a développé une certaine expertise dans la restauration et l’hôtellerie.

FPA et le sportLa Fondation cible les jeunes des milieux défavorisés, elle met également un accent particulier sur les groupes cibles composés de jeunes hors du système scolaire. De manière générale, les activités de la Fondation bénéficient à la nation congolaise toute entière. C’est dans ce sens que la FPA a récemment lancé un programme inédit en Afrique : la formation à la conduite et à la sécurité routière. Cette opération qu’elle mène avec un acteur de la place, a mobilisé de nombreux jeunes brazzavillois au sein des sièges des neuf arrondissements de la ville capitale. Le problème du chômage des jeunes est aujourd’hui l’une des principales préoccupations des autorités. Cela situe l’action sociale de la FPA pour soutenir la jeunesse dans son autonomisation. En effet, les jeunes congolais à la recherche d’un emploi ont saisi cette offre pour bénéficier d’une formation en conduite automobile et d’un permis de conduire (voir témoignages). Après la conduite automobile, l’organisation d’intérêt public envisage d’organiser dans les prochains jours, des formations qualifiantes dans les domaines tels que la menuiserie, la mécanique, la coiffure, la pâtisserie… La finalité étant de donner une qualification à chaque jeune afin de le rendre utile au pays. En attendant, d’autres formations en bâtiment avec Spie Eridan à Pointe-Noire, sont également en cours. On n’oubliera pas de noter ici que le ministère de la Formation est impliqué dans ces différents partenariats.

Aujourd’hui, du côté de la fondation, l’on reste persuadé que « le Congo dispose des moyens de renverser la courbe du chômage dans la mesure où le pays est inscrit dans une dynamique d’émergence, de création de valeurs et donc d’emplois». Et la FPA compte peser de tout son poids sur les leviers nécessaires à l’émergence du Congo.

 

Partager.

Répondre